Placements boursiers quelques règles de bon sens

160481924-profit-projections-gettyimagesEn période de taux d’intérêt aussi bas, grande est la tentation de s’intéresser à des placements moins classiques que l’immobilier, les obligations ou la Bourse. Dans cet article intitulé Placements boursiers quelques règles de bon sens pour investir je vous propose de vous rafraichir la mémoire sur les précautions à prendre avant d’investir. Aujourd’hui le constat est le suivant : Depuis 2009, les Bourses des pays développés ont bondi de 95% à 200%. Pour autant, il n’est pas encore trop tard pour en profiter. Voici donc quelques conseils qui vous permettront de savoir comment acheter vos premières actions et les règles à respecter pour réussir dans l’investissement en bourse. Les placements financiers, en particulier les actions, peuvent être sujets à des variations de grande ampleur sur une durée assez longue, comme le prouve leur comportement depuis l’an 2000.

Gérer un portefeuille boursier avec succès cela s’apprend

La première règle à respecter est de se faire la main avec de petits montants. Le capital minimum pour se lancer dans l’investissement en bourse oscille entre 5.000 et 10.000 euros, c’est en effet le minimum requis afin de pouvoir mettre en place une stratégie digne de ce nom. Ce n’est qu’une fois que vous serez acquis un minimum d’expérience que vous pourrez monter en puissance, ce qui est d’autant plus appréciable qu’un capital minimum vous permet de limiter les risques en mettant en place votre plan de Money management. Les études statistiques sont formelles, malheureusement les particuliers entre toujours trop tard en bourse, ainsi pour éviter d’entrer sur le marché lorsque la majorité de la hausse a déjà eu lieu, il est préférable d’investir un petit peu chaque mois.

Ne jamais mettre tous ses œufs dans le même panier

492491_1Le proverbe il ne faut jamais mettre tous ses œufs dans le même panier s’applique parfaitement à l’investissement en bourse. Nul besoin d’être un as du trading pour saisir l’importance de la diversification afin de limiter les risques, dès lors, il est judicieux de répartir son épargne sur différentes valeurs plutôt que de la concentrer sur un seul titre. De façon empirique la majorité d’investisseurs comprend cette règle fondamentale, en pratique ils sont peu nombreux à la pratiquer de manière optimale. Pour illustrer cette problématique, il suffit de prendre un investisseur lambda utilisant les sicav comme véhicule d’investissement boursier, même si celui-ci sélectionne cinq ou six sicav investies en actions européennes, il y a de grandes chances surtout si ce sont des sicav grandes publiques qu’elles partagent le même indice de référence, et qu’elles sont donc investies sur les mêmes valeurs. Idem pour un tracker, ou un fonds indiciel il faudra vérifier leur composition sous peine de se voir investi plusieurs fois sur les mêmes titres. Si vous souhaitez investir sur le marché actions vous devrez alors privilégier les supports d’investissement qui distribuent des dividendes. En effet, les dividendes représentent les deux tiers de la performance d’un portefeuille-titres sur longue période

Choix du broker, maîtrise des frais et optimisation fiscale

imagesLe choix de son intermédiaire financier est d’une importance capitale, notamment en matière de sécurité des fonds déposés, mais aussi pour une bonne maîtrise des frais et commissions lors du passage d’opérations ou de retrait des fonds du compte de trading. En effet rien ne sert de gagner de l’argent avec son compte de trading si c’est pour le rendre en frais divers. Gérer un compte de trading induit inévitablement des frais de courtage et des droits de gardes. Il faut les réduire au maximum en choisissant avec soin son courtier en ligne. On notera d’ailleurs qu’en matière d’investissement en bourse les agences de régulation comme l’AMF publient des listes noires d’acteurs non régulés. La licence de courtier régulé est un dispositif très efficace de défense des investisseurs. Il s’agit de séparer le compte du courtier avec les capitaux des utilisateurs de la plate-forme de trading. Avec un tel mécanisme, le broker, même indélicat, n’a jamais accès aux capitaux de ses clients, et sa faillite (éventuelle) est sans incidence pour eux. La fiscalité peut elle aussi rogner une grande partie des bénéfices durement acquis, il est donc judicieux de choisir un véhicule d’investissement permettant de limiter au maximum le paiement d’impôt et de contribution sociale, notamment en utilisant le PEA si vous souhaitez investir sur les actions.

Conclusion

Les conseils prodigués dans ce billet ont fait leurs preuves, toutefois rien de nouveau l’expérience en matière d’investissement boursier. Aujourd’hui de nombreux brokers proposent des comptes de démonstration fonctionnant dans les conditions réelles du marché afin de se familiariser dans l’investissement boursier grâce un capital virtuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez trader en bourse sans connaissances !

Découvrez comment des milliers de personnes ont fait décoller leur épargne de plus de 400 % en seulement quelques mois ! 

Félicitation !