Les principes de la Théorie de DOW

Charles DOW (1851 – 1902) est considéré comme l’un des fondateurs de l’Analyse Technique moderne. Après avoir été rédacteur en chef du Springfielf Republican, il créa avec Edward D. Jones le célèbre Wall Street Journal.

Charles DOW a développé une théorie qui a été publiée au travers une série d’articles dans le Wall Street Journal entre 1900 et 1902.
Même si le marché a évolué dans son comportement depuis la création de la théorie de Dow, celle-ci reste encore pertinente de nos jours.

La théorie qui a été reprise et améliorée après la mort de Charles Dow (par William Hamilton notamment) ne concerne pas seulement l’analyse technique mais aussi la psychologie du marché.

Toute la théorie de DOW repose sur l’utilisation de « moyennes ». Charles DOW a pu constater que certaines valeurs avaient des comportements assez proches. Il a alors fait une moyenne qu’il actualisait chaque jour à la clôture afin de représenter la tendance, le sentiment et l’évolution générale du marché. Dow avait créé à ce moment précis les indices de marchés.

Il a conçu le Rail Average (correspondant à la moyenne des cours des 20 premières sociétés de chemins de fer) ainsi que l’Industrial Average (correspondant à la moyenne des cours de 20 sociétés de secteurs d’activités autre que celui des chemins de fer). Ces deux moyennes lui servaient de « baromètre » pour déterminer la situation générale du marché.

La théorie de DOW repose sur plusieurs principes de base :


• Le premier fondement de la théorie concerne le prix. Selon Charles DOW, le cours d’une action ou d’un indice intègre tous les événements positifs et négatifs. Le cours reflète toutes les connaissances et informations des opérateurs sur le marché. Il représente la totalité des peurs, des attentes, des perspectives favorables et défavorables. Dès qu’une donnée inattendue intervient, le cours va s’ajuster sur le court terme mais la tendance long/moyen terme ne sera pas affectée.


• La théorie décompose le marché en trois types de tendance.

  • La tendance primaire (haussière ou baissière) d’une durée supérieure à un an.
  • La tendance secondaire correspondant à une phase de correction de la tendance primaire. Elle dure entre un et trois mois.
  • La tendance tertiaire qui correspond à un mouvement de court terme contenu dans une tendance secondaire. Elle dure entre 1 jour et quelques semaines.

A l’image des poupées russes, ces trois types de tendance se situent l’une dans l’autre.
La tendance primaire est composée de plusieurs tendances secondaires qui sont elles même composées de plusieurs tendances tertiaires.


La théorie de Dow ne s’intéresse pas à la tendance tertiaire qui est considérée être sujette à des manipulations de cours.


• La tendance primaire peut être décomposée en plusieurs phases.

Dans le cas d’une tendance primaire haussière :

  • La première phase est considérée comme une phase d’accumulation. Les volumes sont faibles, les acheteurs sont minoritaires. Ils anticipent une future hausse de l’action en faisant face à un nombre important de vendeurs. La plupart des agents sur le marché sont pessimistes envers la valeur.
  • La deuxième étape correspond à une augmentation soutenue et régulière des cours. La société commence à publier des résultats en amélioration. Les volumes progressent. La situation économique commence à s’éclaircir, les opérateurs sur le marché s’intéressent à la valeur. Les vendeurs sont en diminution.
  • Durant la troisième phase les résultats de la société sont très bons, ils battent des records. Les particuliers arrivent sur la valeur. Le marché est en effervescence. Les acheteurs de la phase 1 sortent de la valeur avec des performances démesurées.


Dans le cas d’une tendance primaire baissière :

  • La première phase correspond à une phase de distribution. Les résultats des sociétés sont élevés. Les investisseurs prudents commencent à sortir de la valeur. Les vendeurs commencent à dominer le marché. Les volumes sont assez faibles.
  • La deuxième étape correspond à des ventes paniques. Les acheteurs sont peu nombreux. Les cours s’effondrent. Les volumes sont très élevés.
  • Durant la dernière étape les investisseurs qui pensaient saisir une excellente opportunité pendant la phase 2 liquident leur position. La conjoncture économique est très mauvaise.


Ces trois étapes se succèdent dans la tendance générale. Il est très difficile de déterminer un timing précis concernant ces trois phases.


• Le quatrième fondement de la théorie de DOW concerne la confirmation des ” moyennes” (indices). Toute la théorie repose sur la comparaison de deux « moyennes » (considérées aujourd’hui comme des indices boursiers). Charles Dow considère qu’un seul indice ne peut pas justifier un changement de tendance. Une nouvelle tendance est confirmée lorsqu’elle a lieu sur les deux moyennes (il peut y avoir un peu de retard). Ainsi, Charles Dow comparait les plus haut et plus bas de ses deux indices (le Rail Average et Industry Average). Une divergence entre les deux indices (un indice marque des nouveaux plus hauts alors que le deuxième indice n’y parvient pas) ne permet pas de valider une nouvelle tendance. Lorsque l’on constate une divergence entre un indice général et un indice sectoriel la tendance prioritaire reste celle de l’indice général.


• Les volumes suivent la tendance principale. La progression d’une tendance est solide lorsque les volumes progressent quand la tendance se développe (à la hausse ou à la baisse). Dans le cas d’un fort marché baissier, les volumes augmentent sur les mouvements de baisses. A l’inverse, dans un marché de hausse les volumes sont en progression sur les hausses. Une divergence entre la progression des cours et l’évolution des volumes indique une faiblesse de la tendance en cours.


• Les « lignes » peuvent se substituer aux tendances secondaires. Une « lignes » selon Charles Dow, correspond à une évolution latérale des cours. Il s’agit d’une consolidation en range. Les cours évoluent à l’horizontal entre un cours plancher et un cours plafond. Les évolutions des cours en range peuvent remplacer les tendances secondaires au sein d’une tendance primaire.


• Seul le cours de clôture compte. La théorie de Charles Dow ne tient pas compte des niveaux extrêmes (plus haut/ plus bas) atteints au cours d’une séance de cotation. La théorie repose sur le fait que le cours de clôture est la donnée dont l’effet psychologique est le plus important. Le cours de clôture est en quelque sorte le cours qui pourrait résumer la journée. Il est vu et retenu par bon nombres d’investisseurs. C’est cette donnée qui est mémorisée par un investisseur grand public qui rentre de sa journée de travail.


• Le dernier fondement de la théorie affirme que la tendance reste valide tant que les signaux de retournements de tendance ne sont pas apparus. La tendance en cours sur le marché reste valide jusqu’à ce qu’il y ait un renversement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez trader en bourse sans connaissances !

Découvrez comment des milliers de personnes ont fait décoller leur épargne de plus de 400 % en seulement quelques mois ! 

Félicitation !