Comment déterminer des zones de supply & demand

Une des stratégies que l’on peut utiliser si on aime les supports & résistances horizontaux, c’est la stratégie supply & demand. A priori, elle marche très bien sur le forex, mais on peut l’utiliser également pour les indices boursiers, notamment sur des unités de temps plutôt longues pour constituer des portefeuilles d’actions.

Supply & Demand, qu’est-ce que c’est ?

Déterminer des zones de supply & demand, c’est avant tout de savoir déterminer a quels prix les institutionnels sont prêts à acheter, et/ou vendre ? Car ce ne sont pas les particuliers qui vont faire énormément bouger le prix, mais plutôt les grandes institutions comme les banques, qui ont énormément de capitaux pour pouvoir donner un coup de pouce aux prix quand il faut.

Il faut s’imaginer que les institutionnels eux interviennent assez rarement sur les actifs, en général ils achètent tout en bloc et gardent leurs positions assez longtemps pour générer un profit moyen de 20% pour 20 milliards de dollars d’actifs.

Il faut donc connaître les effets de ces achats et ces ventes :

De deux choses l’une :

  • L’institutionnel entre à l’achat d’un seul coup : le prix est repoussé assez rapidement, on y trouve en général un marteau comme configuration de bougies japonaises, l’ombre de cette bougie représentant la zone d’achat de l’instutionnel qui s’est placé sur le marché
  • L’institutionnel entre à l’achat partiel, et répète la même opération sur les mêmes niveaux de prix : les rebonds se font moins gros, et le prix est « testé » plusieurs fois.

On déterminera d’ailleurs la force de cette zone en fonction de sa taille. Plus la zone est fine, plus elle est facile à casser.

Tous les supports sont des zones de « demand »

Pas forcément, certaines zones sont travaillées exprès pour pouvoir pièger une autre banque ou des particuliers, c’est le cas des canaux ascendants ou baissiers, ou le prix est travaillé pour que le particulier se place à l’achat ou à la baisse selon le canal. Mais une fois qu’il est entré, on sort de la figure « comme par hasard ».

Attention, je parle ici d’unités de temps plus longues. On pourrait travailler les même zones avec des UT inférieures à la journée, mais pour ça, amateurs ou spécialistes du scalping sauront vous en dire plus.

On détermine la force de la zone de demand / supply par rapport à la taille de l’ombre de la bougie

Je vais m’expliquer, ça vous semblera un peu plus clair après.

Exemple sur le shanghai composite

ssec

Par exemple sur le shanghai composite, j’ai dessiné deux zones de demand et de supply. Elles sont tracées sur des marteaux, et la zone en question représente donc l’ombre de ce marteau. La zone de demand (achat) est de la même taille que la zone de supply (offre, vente). On aurait donc tendance à dire que :

  • Plus on s’approche de 2900, plus on passe acheteur long terme (en sachant qu’un instutionnel a de fortes chances de rentrer sur ces prix)
  • Plus on s’approche de 4100, plus on passe vendeur et on a tendance à liquider le maximum d’actions possibles avant que l’instutionnel s’en charge et fasse baisser le prix en votre défaveur.

Le prix reste cependant libre de courir entre ces deux zones, et des tests sont bien sûrs possible, comme toute résistance ou support d’ailleurs.

Notez aussi que les cassures de ces zones donnent de forts mouvements haussiers ou baissiers car l’institutionnel admet sa perte et risque de liquider ses pertes et donc de provoquer un fort décalage. D’ailleurs c’est ce que les scalpeurs cherchent en intraday : les zones d’abandon et des points rapides !

Force relative des zones de supply & demand

fce

Toujours dans cette optique long terme, le cac40 nous donne bien plus d’indices que le shanghai composite : on y voit donc quatre zones : une zone de demande très forte (épaisse), située entre 4250 & 4400 signe qu’à l’approche de cette zone, il est temps de remplir les comptes titres, une zone de supply de taille moyenne au dessus de 4700 qui n’annonce pas un retournement mais plutôt un signe qu’il faut prendre partiellement ses bénéfices et observer le marché quelques temps. La zone de supply à 5000 est bien plus forte, tant elle est axée sur un niveau psychologique : le retournement est fort probable, et si il n’a pas lieu et que cette zone est cassée, c’est l’accélération haussière qui va permettre d’arriver d’un seul coup à 5200, la zone de supply faible.

Cela semble un peu compliqué, mais c’est l’adage des institutionnels en bourse : on achète en bas, et on vend en haut, mais on ne fait pas n’importe quoi tout de même ! Le marché a ses règles, et il vaut mieux les respecter !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez trader en bourse sans connaissances !

Découvrez comment des milliers de personnes ont fait décoller leur épargne de plus de 400 % en seulement quelques mois ! 

Félicitation !