Vers une hausse des taux américains

406 vues 4 Commentaires

Pour la première fois depuis 7 ans, la Réserve fédérale américaine, la FED, devrait annoncer une hausse de son taux directeur. C’est le 16 décembre prochain que la décision sera prise. Depuis plusieurs mois, les experts et économistes spéculaient sur cette hausse des taux selon eux inévitable mais sans cesse repoussée.

La création d’emplois, moteur de l’économieVers une hausse des taux américains

La progression de la création d’emplois aux Etats-Unis depuis septembre dernier ne laisse plus de place ni au doute ni à l’hésitation.

Il y a quelques jours, le vendredi 4 décembre, le département du travail annonçait pour le mois de novembre une création de 211 000 nouveaux postes, légèrement plus que les chiffres attendus. Le taux de chômage restant inchangé à 5%. Les chiffres de septembre et d’octobre ont par ailleurs été révisés à la hausse : par rapport à ce qui avait été annoncé initialement, l’Amérique a créé pour ces deux mois 35 000 emplois de plus, soit un total de 443 000 emplois.

En novembre, le secteur de la construction s’est particulièrement bien comporté avec 46 000 emplois suuplémentaires, le meilleur résultat depuis janvier 2014.

Des indicateurs encore fragiles

Certes, quelques indicateurs sont encore en deçà de ce qui était espéré. C’est le cas de l’évolution des salaires. Ils n’ont augmenté que de 0.2% en novembre, contre 1,4% le mois précédent. Dans le même temps, la durée de travail hebdomadaire a été en moyenne de 34,5 heures contre 34,6 heures en octobre.

Par ailleurs, la proportion des Américains en âge de travailler, en poste ou en recherche d’emploi, demeure, à 62,5% en novembre, l’un des plus bas depuis la fin des années 70.

Aujourd’hui, pas moins de 94,4 millions d’Américains sont exclus du marché du travail (que cela soit volontaire ou non) et cela pèse sur l’économie.

Une hausse des taux attendue

En dépit de ces bémols, rien ne devrait plus empêcher une hausse des taux d’intérêts, quasi-nuls actuellement et inchangés depuis sept ans.

Cette augmentation est attendue avec impatience par Wall Street qui l’a déjà pratiquement actée.

Janet Yellen, la patronne de la FED, tient cependant à garder toute latitude pour la suite. Selon ses récentes déclarations, la Réserve fédérale devrait prendre son temps en 2016 avant de décider de nouvelles modifications de ses taux.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

4 Comments
  1. daniel

    8 décembre 2015 at 7 h 12 min

    la Fed, n’a pas d’autres choix que de hausser les taux américains, même si cette hausse intervient à contretemps, il s’agit désormais d’une question de crédibilité bien plus qu’une question économique.

  2. Martin

    8 décembre 2015 at 7 h 19 min

    ne pensez-vous pas que même si la hausse de 0,25 % des taux directeurs de la Fed, ne sera que temporaire. Ce Baby step de la Fed,n’aura pas de suite et que cela sert essentiellement à reconstituer des marges de manœuvre le prochain choc boursier qui paraît inévitable.

  3. jonathan

    8 décembre 2015 at 7 h 41 min

    j’irai même plus loin dans cette analyse, la fête se retrouve coincée est obligée de remonter ses taux, mais rassurez-vous elle les remettra à zéro dans très peu de temps, la dette américaine ne supporterait pas longtemps cette hausse de un quart de points, comme ce fut le cas précédemment au Japon début des années 2000.

  4. Patrick

    8 décembre 2015 at 7 h 48 min

    Aux USA les prédictions de récession dans les deux à trois ans à venir se multiplient, ainsi après celles de Citi, c’est le tour de JP Morgan d’assigner une probabilité de 75% à une entrée en récession. comment Janet Yellen peut monter les taux avec de telles perspectives ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *