6 points pour expliquer la taxe Tobin et l’intérêt d’une loi sur les transactions financières

1177 vues Laisser un commentaire
taxe tobin

taxe tobinAujourd’hui, avec le marché boursier qui prend de plus en plus de pouvoir, les états cherchent à la fois à limiter son développement sans règle et obtenir des revenus complémentaires en taxant les transactions. Sur cette lancée, on note qu’il y a un grand nombre des gardes fous qui sont mis en place pour éviter toute surprise désagréable. C’est sur cette idée que la taxe Tobin est remise sur la table et fait l’objet d’un débat assez passionné depuis la crise des subprimes de 2007.

1. Qu’est-ce que la taxe Tobin

Concrètement, la taxe Tobin est une taxation sur les transactions financières internationales qui a été théorisée par James Tobin en 1972. Son but est de limiter la volatilité du taux de change qui n’est pas toujours bénéfique pour l’économie mondiale. La taxe s’applique à toutes les conversions de devise, et ce proportionnellement à la somme en question. Il faut dire que l’application d’un tel système peut être lourde de conséquences d’où le débat houleux qui l’accompagne.

2. À quoi servirait-elle ? Qu’est ce qu’une taxe sur les transactions financerait ?

Mis à part la volatilité des devises que cette taxe pourrait diminuer, il faut reconnaitre qu’elle à d’autres avantages. Les ressources prélevées pourraient être utilisées dans d’autres domaines qui peuvent être assez utiles aux états ou à l’ensemble géographique qui applique cette taxe. Concrètement, cette taxe pourrait servir à financer l’éducation, la recherche, l’aide au développement dans les pays en voie de développement et bien d’autres choses.

3. Quels pays sont pour ?

Aujourd’hui, force est de constater que le débat sur la taxe Tobin a fini par connaitre son épilogue. L’Union Européenne a entériné la décision de mettre en œuvre cette taxe. Ainsi, on note que 11 pays d’Europe sont prêts pour l’instauration de cette taxe, il s’agit du Portugal, de l’Espagne, de l’Italie, de la Grèce, de la Slovénie, de l’Autriche, de la France, de la Slovaquie, de la Belgique, de l’Autriche, de l’Allemagne et de l’Estonie.

4. Quels pays sont contre ?

Comme certains intérêts sont menacés par cette taxe, il y a à l’échelle européenne des pays qui sont farouchement opposés à cette taxe. La raison de ce refus diverge selon le pays en question. Le refus le plus significatif est celui du Royaume-Uni qui s’oppose farouchement à cette taxe, ce qui est certainement dû à l’influence du Livres sterling. Les autres pays opposés à cette taxe sont le Luxembourg, Le Malte et la République Tchèque. Quant à la Suède, elle a déjà eu à expérimenter la taxe sur les transactions financières, mais elle y a renoncé.

Lire pros and cons of Tobin Taxe dans le financial times : http://www.ft.com/cms/s/0/ce94512e-81a3-11e2-ae78-00144feabdc0.html#axzz2nLQKi2jG

5. Qui contrôlerait et encaisserait les impôts ?

Sous la supervision de la Commission Européenne, la Banque centrale européenne se chargera du recouvrement et du contrôle de cette taxe. Pour entrer dans les fonds, elle aura besoin de l’appui des différentes banques présentes dans les pays signataires qui gèrent à leur niveau le prélèvement de cet impôt.

6. Est-ce vraiment applicable ?

L’applicabilité de la taxe sur les transactions financières ne fait pas l’ombre d’un doute au plan européen et au niveau des pays signataires (voir pdf). Toutefois, des limites pourraient être notées avec les pays non-signataires. C’est d’ailleurs, pour cette raison que la taxe a été diminuée à son strict minimum pour ne pas grever la compétitivité du marché européen.

Même si son instauration a fait l’objet d’un débat houleux entre pays européens, il faut dire que la taxe sur les transactions financières peut être assez bénéfique pour les pays signataires. En effet, cette taxe peut apporter entre 50 et 60 milliards d’Euros par an. Ce qui pourrait faire réfléchir les sceptiques après une mise en œuvre réussie à l’horizon 2014-2015.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *