Si l’on supprimait les 35 h, le CAC40 prendrait 1000 points

382 vues 6 Commentaires

imagesDepuis près de 20 ans déjà le serpent de mer de l’impact économique des 35 h est au centre de la vie politique française. Emmanuel Macon depuis sa nomination dans le gouvernement Valls 2, a régulièrement fait des sorties contre l’une des mesures phares du gouvernement socialiste sur ces 30 dernières années. Le mercredi 9 septembre 2015, le premier ministre Manuel Valls a reçu le rapport Combrexelle, rapport ayant pour objectif d’assouplir la durée légale de travail hebdomadaire, notamment en jouant sur le seuil à partir duquel un salarié est rémunéré en heures supplémentaires. L’occasion pour moi dans cet article intitulé insolemment si l’on supprimait les 35 h, le CAC 40 prendrait 1000 points, de revoir quelles sont les éléments qui pèsent négativement sur le marché de l’emploi en France, alors que les travailleurs de l’Hexagone sont parmi les plus compétitifs du monde, alors que la durée de travail a diminué de 270 heures en l’espace de 30 ans.

Les travailleurs français sont parmi les plus productifs au monde

En effet, pour rappel la durée de travail légal des salariés français évoluant à temps plein est l’une des plus faibles de la zone euro. Ainsi une récente étude s’appuyant sur des données fournies par Eurostat indique que depuis la mise en place des 35 h, le temps moyen de travail d’un travailleur français embauché à temps plein et de 1680 heures en 2014. Lorsque l’on compare ces chiffres avec les salariés italiens, la durée de travail est inférieure de 134 heures, comparé à un salarié britannique, l’on s’aperçoit que celui-ci travaille 177 heures de moins, le déficit avec les salariés allemands et de 224 heures par an. Un paradoxe lorsque l’on sait que la France à l’une des meilleures productions horaire au monde, à tel point que certains cyniques estiment que c’est une relation de cause à effet puisqu’il faut bien contrebalancer une durée de travail plus faible par une meilleure productivité. Les choses ne sont pas aussi simples que cela car si l’on prend les chiffres de la dernière décennie, la croissance annuelle du PIB français a été inférieure à la moyenne européenne (0,7% contre 1,2%). Depuis 2000, nos principaux partenaires européens ont fait mieux, qu’il s’agisse de l’Allemagne (+1,2%), du Royaume-Uni (+1,4%) et de l’Espagne (+1%).

Les entreprises du CAC 40 ne sont pas les créateurs d’emplois

Pierre-Gattaz_pics_390Sans surprise, on peut s’attendre un combat acharné entre le Medef et les principaux représentants syndicaux, même si le rapport Combrexelle prévoit de donner plus de place à la négociation au sein de l’entreprise. Or il est urgent de trouver une solution au problème de croissance de l’économie française, et ce malgré des taux extrêmement faibles. En effet la France a bénéficié des efforts de la banque centrale européenne pour rassurer les marchés financiers, puisque celle-ci a emprunté en 2013 à 0,3 % et en 2014 à 0,4%. Cela n’a pas empêché une hausse du chômage du confondues de près de 28 % depuis mars 2012.N’en déplaise à Monsieur Gattaz président du Medef, ce ne sont pas les grands groupes industriels ou ceux du CAC 40 qui créent la majorité des emplois, malgré la hausse phénoménale de l’indice boursier parisien ayant quasiment doublé depuis la crise de 2008. En effet, ce sont les entreprises de taille intermédiaire les fameuses ETI créent le plus d’emplois, le rapport est peu flatteur lorsque l’on compare le nombre d’Entreprises de Taille Intermédiaires en France avec nos voisins britanniques ou allemands. Si en France il n’existe que 4500 ETI, c’est deux fois moins qu’au Royaume-Uni, et en Allemagne le rapport grimpe à 2,5 fois. Toutes les études prouvent que la majorité des emplois sont créés par les start-up/TPE, qui dans un premier temps vont grandir pour devenir des PME avant de se transformer en ETI. Afin de relancer la croissance et inverser la courbe du chômage, il est donc fondamental de créer toutes les conditions pour favoriser leur développement.

infographie-code-du-travail

Conclusion

Si demain, les mesures proposées par le rapport Combrexelle devaient voir le jour, ce serait un premier pas vers la bonne direction afin de simplifier un code du travail épais aujourd’hui de quelque 3000 pages. Ainsi, Les entreprises pourraient décider en concertation avec leurs salariés une grille de travail à la carte et ainsi apporter plus de souplesse aux employeurs. Même si de nombreuses études estiment que les 35 h sont une hérésie dans un monde manquant cruellement de croissance, des études qui font voler en éclats le mythe du travaillé moins pour gagner plus, tout comme les gains de productivité et les cadences infernales imposées aux travailleurs mettent un terme à l’illusion du travaillé plus pour gagner plus.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

6 Comments
  1. Jerôme

    10 septembre 2015 at 13 h 59 min

    Sans jeu de mot ca sent le Sapin pour le rapport combrexelle, depuis le temps que Macron descend les 35H fallait bien que ca arrive

  2. thomas

    10 septembre 2015 at 14 h 02 min

    Pas tres convaincant tout ca, de toute façon comment croire que l’on peut gagner plus en travaillant moins, quand a travailler plus pour gagner plus c’est de la meme veine, juste des slogans politiques

  3. Fabrice

    10 septembre 2015 at 14 h 08 min

    Ce n’est qu’une question de temps avant que l’on ne détricote complètement les 35H, apres avec un code du travail incompréhensible c’est devenu de salubrité publique de faire quelque chose

  4. Gilles

    10 septembre 2015 at 14 h 19 min

    Ce n’est pas la croissance qui reviendra meme en augmentant le temps de travail, les marchés marchent sur la tete, plus les chiffres sont mauvais plus ils montent QE aoblige

  5. kouakou

    11 septembre 2015 at 11 h 02 min

    Combien peut-on gagner par mois en investissant 200€ sur les sites options binaires?

    • Quentin

      13 septembre 2015 at 22 h 51 min

      Pas grand chose en fait, il faut commencer avec un capital bien plus conséquent. Je dirais 2500/3000 pour un bon départ (avec des notions de money management, de gestion du risque) car avant de commencer à gagner, il faut apprendre à protéger son argent. Avec 2500 euros sur les options binaires, je dirais entre 40/50 euros par jour dans les bonnes journées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *