Scandale à la FIFA, panique dans les banques de trading

562 vues Laisser un commentaire

Fifa-LogoIl souffle un parfum de scandale à la FIFA, panique dans les banques de trading, en effet, la FIFA (Fédération internationale de football) a été frappée, mercredi 27 mai, par un double scandale. D’abord avec l’arrestation à Zurich de sept de ses responsables. Quarante-sept chefs d’inculpation ont été retenus contre ces responsables de la FIFA, dont deux vice-présidents, et cinq partenaires, les accusent de « racket, fraude et blanchiment », sur une période de vingt-cinq ans. Soupçonnés de corruption, à la demande de la justice américaine, une perquisition de son siège en Suisse à Zurich a eu lieu, dans le cadre d’une enquête concernant l’attribution des Coupes du monde en 2018 et en 2022. Le FBI a aussi perquisitionné le siège de la Confédération d’Amérique du Nord, centrale et Caraïbes (Concacaf), à Miami. Peu de chance que des brokers soient impliqués, même si ils sont de plus en plus nombreux à conclure des partenariats avec les plus grands clubs de football.

Un scandale juste avant l’élection de la présidence de la FIFA

JOSEPH BLATTERCe scandale éclate à la veille de l’élection à la présidence de l’instance mondiale, prévue ce jour. L’inoxydable et contesté Joseph Blatter, dit « Sepp », convoite à 79 ans, son cinquième mandat. Des bruits insistants courent sur l’implication de grandes banques mondiales, qui pourraient bien être inquiétées dans le scandale planétaire de la FIFA. C’est ce qui est suggéré par le document de 164 pages établi par la justice américaine,représentée par l’attorney de l’Eastern District de New York.

25 ans dans un document de cent soixante-sept pages

Après plusieurs années d’enquête, la justice américaine a dressé un état des lieux accablant, notant une corruption endémique au sein de la FIFA. Les 170 pages font la lumière sur le système de corruption impliquant des sociétés écrans, des paradis fiscaux, des comptes cachés à l’international, des enveloppes de cash, l’acquisition de propriétés et l’utilisation d’« accords de services de consultants et autres contrats pour créer une apparence de légitimité pour des paiements illégaux ». Des dizaines de millions de dollars ont été retrouvées sur des comptes à Hongkong, aux îles Caïmans ou en Suisse. Une période de 25 ans durant laquelle ces responsables du football mondial auraient « sollicité et reçu plus de 150 millions de dollars en pots-de-vin et rétro commissions » en échange notamment des droits médiatiques et marketing pour les tournois internationaux de football.

Des Banques TBTF (Too Big Too Fail) dans le collimateur

Too big too failLes banques sont nommées, mais l’étendue de leur collaboration aux opérations frauduleuses n’est encore établie. On retrouve les banques d’affaires, HSBC, JP Morgan, Citi, UBS, Bank of America… Les enquêteurs cherchent à déterminer dans quelle mesure les banques étaient au courant du caractère frauduleux des mouvements financiers opérés chez elles. Selon le mémorandum, les banques Américaines auraient joué un rôle majeur dans les pratiques de corruption visées par l’enquête.

 

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *