Quelle place tient la macroéconomie en trading sur métaux précieux

468 vues 3 Commentaires

trading sur métaux précieux Le monde d’aujourd’hui est en pleine mutation, une transition lente commencée il y’a 20 ans, avec ses premiers pas dans la mondialisation. Aujourd’hui le pouvoir économique des principaux blocs géopolitiques est en train de se rééquilibrer. La Chine est la deuxième puissance économique comme vous le savez peut être déjà si vous avez parcouru notre billet proposant le classement des pays les riches au monde. Aujourd’hui je vous propose de découvrir dans cet article intitulé Quelle place tient la macroéconomie en trading sur métaux précieux, les tenants et aboutissants des mutations de ce nouveau monde dans lequel il va nous falloir apprendre à vivre, en nous adaptant à un nouveau paradigme.

Une accélération des événements macroéconomiques

chute des prix du pétroleLes matières premières et plus précisément les métaux précieux ont subis de plein fouet deux évènements macroéconomiques majeurs en 2014.Tout d’abord la monnaie unique européenne a fortement baissée puisque l’euro a chuté de plus de 15%. La volonté d’obtenir une baisse de l’euro vient du fait que la Zone euro a eu du mal à se relever de la crise de 2008, la BCE s’est donc finalement résolue à imprimer de la monnaie, après de longs atermoiements. Le second grand mouvement macro a été la forte chute des prix du pétrole. Avec l’OPEP poursuivant sa logique de défense de ses parts de marchés, elle est donc entrée dans un scénario de guerre du pétrole, les robinets saoudiens ont été grands ouverts et le prix du pétrole a chuté de plus de 50%. C’est là un mouvement inimaginable pour le pétrole. En 2015, le grand mouvement macro qui est en marche, c’est la grande histoire entre la Chine et le FMI. Puisque le Yuan est un candidat tout désigné pour devenir la nouvelle « devise » de réserve mondiale. Mais auparavant, revenons un peu sur les bases de cette révolution en cours.

Les défis d’un modèle Chinois axé sur la croissance intérieure

défis d’un modèle Chinois L’économie chinoise est en train de ralentir, peu importe les chiffres de croissance publiés par Pékin, le Baltic Dry Index confirme un ralentissement de la croissance du commerce mondial, de ce fait l’Empire du Milieu traverse quelques passes difficiles. Pékin vise depuis des années à faire du Renminbi une devise intégrée au système monétaire mondial. Pour cela le gouvernement Chinois tente de mener la mutation d’une économie d’exportation avec une monnaie bon marché, vers une économie de consommation intérieure avec une monnaie à la juste valeur. Pour cela la chine à besoin du Fonds monétaire international (FMI.) Ce club des pays développés est de facto l’autorité sur les marchés monétaires mondiaux. Car c’est le FMI qui établit les règles du jeu mondial des monnaies. Le Fonds monétaire international a créé les Droits de tirage spéciaux ou DTS en 1969 pour soutenir le régime de changes fixes du système de Bretton Woods. Tout pays participant à ce système a besoin de réserves officielles, sous forme d’or et de devises étrangères largement acceptées, détenues par les États ou les banques centrales. Ces réserves pouvaient être utilisées pour acheter la devise du pays sur les marchés de change étrangers, en fonction des besoins pour maintenir son taux de change.

La pénurie des actifs de réserves freinent la croissance

Mais l’offre internationale de deux actifs de réserve clés de voute de notre système financier mondial, c’est à dire l’or et le billet vert américain, n’a pas été suffisante pour soutenir l’expansion du commerce mondial et du développement financier. En dépit de quoi, la communauté internationale sous l’impulsion du FMI se décida à créer un nouvel actif de réserve international. Un système s’appuyant d’une part sur le dollar américain qui reste la monnaie de réserve mondiale. Mais aussi, ce que peu de personnes savent, via le FMI aussi. En effet, il existe également un panier secondaire de devises comprises dans les fameux Droit de Tirage Spéciaux les DTS. Parmi ces monnaies se trouvent l’euro, le yen, la livre et le dollar américain. Après ce petit mais nécessaire rappel historique, je pense que vous êtes en mesure maintenant de faire le lien entre la politique de la Chine qui amasse tout l’or possible, et les évènements macroéconomiques des 24 derniers mois. Les habitués du blog ont vraisemblablement lu l’article Surveillez l’or, car le Yuan se prépare à entrer dans les DTS.

Conclusion

Comme nous venons de le voir les évènements macroéconomiques n’ont pas manqués ces deux dernières années. La guerre du pétrole vient après la guerre des devises dont je me fais souvent l’écho dans les pages de ce blog dédié au trading et à l’investissement en général. Je vous propose dans un prochain article de découvrir, quelles sont les implications de ces 2 événements.

 

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

3 Comments
  1. Gilles

    23 juin 2015 at 14 h 12 min

    Les matières premières sont un excellent support de trading a condition comme c’est dit dans l’article, de bien intégrer les risques macro et geopolitiques, sans oublier la saisonnalité de certains actifs

  2. François

    23 juin 2015 at 14 h 28 min

    Je pense que certaines matières premières devraient être interdites à la spéculation, surtout les matières premières alimentaires, ca semble logique

  3. daniel

    23 juin 2015 at 14 h 31 min

    la macroéconomie ne sert pas qu’au trading des matières premières, mais pour toute décision d’investissement, c’est la trame de fonds en quelque sorte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *