Quel est le principe d’un QE ?

548 vues 4 Commentaires

On entend beaucoup parler de la notion de QE depuis 2008, mais savez-vous réellement ce qu’est un QE ? Et pourquoi ce QE fait gonfler autant le marché actions ?

Deux types de QE

La version américaine et japonaise

Il existe deux types de QE : le QE américain (et japonais) et le QE européen. Le QE américain consiste simplement à faire imprimer de nouveaux billets, dans le but de créer une masse monétaire susceptible d’influencer le niveau d’inflation. En effet, plus on imprime, plus la monnaie se devalue, et plus les prix montent car les commerçants savent qu’à une échéance fixée, la monnaie aura perdu de la valeur : il faut donc compenser ce manque à gagner en faisant grimper les prix.

La planche à billets tourne dans le vide

L’effet pervers du QE, c’est qu’à cause de cette liquidité supplémentaire, les cotations des actions s’en retrouvent gonflées car beaucoup plus de liquidités arrivent sur les marchés. Le marché actions monte donc alors que les fondamentaux ne sont pas au mieux : on croit que la bourse est déconnectée de la réalité alors qu’en fait toute l’inflation qui aurait dû être mise sur l’économie réelle se retrouve en fait sur les marchés financiers. Certaines banques centrales ajoutent donc des liquidités quand le marché ne va pas bien, afin de retarder toujours à plus tard le retour à la réalité.

QE planche à billetsLes japonais eux font exactement la même chose. Les japonais rajoutent d’énormes liquidités sur les marchés en pensant que l’inflation va remonter, alors qu’en fait, tout le travail de Shinzo Abe est en train d’être mis en échec à cause d’un Yen devenu beaucoup trop fort. Les tentatives de faire baisser ce Yen sont très nombreuses mais pour l’instant infructueuses, d’autant plus que le Nikkei est encore pas mal à la traîne.

La version européenne

La version européenne du QE est un peu plus subtile. Ici la planche à billets n’est pas le principal centre de création de masse monétaire, mais c’est plutôt le rachat de dettes bancaires de chaque pays qui permettra d’augmenter leur capital destiné au prêts aux particuliers et aux entreprises. Cela a pour effet de favoriser la création de dettes, et par voie de conséquence, la création de la masse monétaire.

Les effets d’un tel QE reste à prouver cependant, car on ne voit toujours pas de relance économique poussée, si ce n’est que quelques bribes en espagne et au portugal. Le projet de QE européen pourrait donc avoir les mêmes effets que le QE américain ou japonais, c’est-à-dire, beaucoup de création de monnaie pour aussi peu de croissance.

Notions d’helicopter money

En fait, le grand problème de ce genre de QE, c’est qu’il est en grande partie absorbé par les marchés financiers, et seule une infime partie de celui-ci semble se répercuter sur l’économie réelle. D’où la notion d’helicopter money, où on pourrait mettre des tonnes et des tonnes de liquidités a bord d’un hélicoptère pour qu’il puisse déverser tout cet argent dans les rues. Bien sûr, cela reste utopique, mais les banques centrales sont prêtes à tout pour que l’économie ne se crashe pas cette fois-ci.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

4 Comments
  1. patrick

    18 juillet 2016 at 18 h 23 min

    L’exemple japonais devrait faire réflechir, après 25ans de QE et + de 200% de dettes, les choses ne s’améliorent pas vraiment au Japon

  2. Yves

    18 juillet 2016 at 18 h 38 min

    Autant les canaux de transmission des QE japonais et américains peuvent donner des résultats. Autant en Europe, la politique de la BCE est une politique de gribouille. Les QE mettent en difficulté les banques européennes, puisque le rendement du crédit diminue.

  3. martin

    18 juillet 2016 at 18 h 47 min

    La baisse des fonds d’État, donc la hausse des taux ressemble de plus en plus à la construction d’une formation en top. Certains analystes estiment d’ailleurs que c’est la bulle du siècle.

    • Quentin

      19 juillet 2016 at 16 h 14 min

      exact, et ça ne présage rien de bon puisque le ratio dette / croissance a largement dépassé les 8$ d’endettement pour 1$ de croissance, c’est ahurissant à quel point cette fois ils veulent sauver les marchés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *