Comment produire un flash krach sur les marchés ?

932 vues Laisser un commentaire

De temps en temps, les médias financiers sont secoués par des évènements aussi rares qu’ils sont impressionnants : les flash krachs. Qu’est-ce qu’un flash krach ? Comment cet évènement peut-il arriver ? C’est ce que nous allons tenter de vous expliquer dans cet article.

I – Le flash krach, qu’est-ce que c’est ?

a. Une baisse forte et rapide

Un flash krach, c’est une baisse très rapide et très puissante qui arrive d’un coup sur un actif, alors qu’on ne l’attend pas spécialement à ce moment là. La durée des baisses peuvent aller de la seconde à la minute. Ces flash krachs sont également caractérisés par le fait que le krach se fait retracer à la hausse en entier dans les minutes qui suivent l’évènement.

On a du mal à déterminer l’origine de ces flash krachs, mais depuis que le trading est robotisé, on peut pointer du doigt les algorithmes de trading qui peuvent à tout moment devenir complètement fous.

b. Les flash krachs les plus marquants

Parmi les deux derniers flash krachs les plus marquants, on peut citer celui du 6 mai 2010, où pour une raison inconnue, un algorithme de trading fait plonger le Dow Jones de plus de 1200 points à 20h42, heure de Paris. Certaines grosses capitalisations voient même leur valeur réduite à… 1 centime de dollar pendant quelques secondes ! Suite au krach, le Dow Jones a retrouvé ses niveaux d’avant krach à peine quelques minutes après l’évènement.

L’autre flash krach le plus marquant est beaucoup plus récent : le 24 août 2015. Ce jour là, après une baisse assez prononcée des actions européennes, Wall Street fait une ouverture à -10%. Les coupes circuits ont cependant été activés pour essayer de calmer le problème, et le Dow Jones a repris 1000 points depuis les plus bas en à peine une demi-heure.

II – Pourquoi ces flash krachs ?

a. Un manque de liquidité

Première raison pour qu’un flash krach arrive sans prévenir : le manque de liquidité. On se souviendra tous plus ou moins de l’effet EUR/CHF le 15 janvier 2015 suite au retrait du taux plancher entre l’Euro et le Franc Suisse : résultat, le franc suisse prend 55% de valeur (EUR/CHF ce jour là, le point bas est à 0.6671 !) en 2 minutes avant de se stabiliser vers la parité.

Quand la liquidité se retire, il suffit qu’un gros ordre au marché soit exécuté pour faire sauter tous les petits contrats sur chaque prix : c’est le krach de liquidité.

Cette liquidité est également mis en avant par les algorithmes chercheurs de stops, et le très sérieux Nanex repertorie des mini krachs sur des indices ou des actions quasiment toutes les semaines ! Certains algorithmes accumulent les positions et au moment de la décharge des contrats, assèchent la liquidité qui finit en flash krach.

b. Les paniques

Dans les séries de séances fortement baissières, les paniques sont à l’origine de bon nombre de flash krachs. C’est intimement lié à la liquidité puisque tout le monde veut vendre mais personne ne trouve d’acheteur en face : les prix s’effondrent à cause d’une offre trop abondante jusqu’à ce qu’un acheteur ait trouvé son prix idéal.

  1. Les manipulations

Les actifs sont sujets aux manipulations de prix, souvent perpétrées par des algorithmes encore une fois, ou une grosse main qui cherche les stops des acheteurs et des vendeurs. Le trading Haute Fréquence est également pointé du doigt car les manipulations sont nombreuses dans ce secteur.

On notera que les manipulations de prix sont bien plus présentes sur les actions américaines que sur les actions européennes ou asiatiques (sauf la Chine).

Pour résumer, un flash krach est un évènement qu’on n’aimerait aucunement connaître. De ma propre expérience, j’étais positionné à l’achat sur le Dax le 24 août 2015 avec un stop à 75 points à cause de la volatilité ce jour là. Malheureusement pour moi, à l’ouverture de Wall Street, le Dax a plongé comme le Dow, d’environ 400/450 points de manière assez spectaculaire, mon stop loss a été exécuté 400 points plus bas à cause d’une exécution médiocre et du manque de liquidité (le broker se couvre d’abord, ensuite le client est servi), ce qui m’a coûté la moitié du compte.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *