Présentation des cycles économiques des marchés financiers

2587 vues 2 Commentaires

Les marchés financiers sont soumis à des cycles économiques, alternant croissance, crise et récession. Pour autant bien que ces phénomènes soient naturels et répétitifs dans l’histoire économique et boursière, les autorités monétaires peuvent plus ou moins influer afin de maintenir les marchés boursiers loin de la récession ou à l’écart de la surchauffe, notamment en fixant les taux d’intérêt. Dans cet article intitulé présentation des cycles économiques des marchés financiers, sans pour autant prétendre dispenser un cours d’économie, je vous propose d’aborder les fondements économiques gouvernant les marchés financiers, afin de mieux comprendre leurs cycles économiques grâce à la lecture des informations publiées dans la presse et dans les médias spécialisés.

En effet, comme nous venons de le voir en introduction les cycles sur les marchés boursiers sont étroitement liés aux cycles économiques, qui dépendent en grande partie des politiques monétaires des banques centrales. L’objectif de ces institutions monétaires comme la réserve fédérale américaine, ou la banque centrale européenne est de fournir des niveaux de taux d’intérêt favorisant une croissance économique durable. Afin de bien investir sur les marchés financiers, il faut comprendre que ceux-ci sont sous l’influence d’un trio bourse – économie- taux qui agit et inter réagit de façon cyclique.

Les cycles de marché se produisent de manière structurée.

slide_12La notion de cycle économique n’est pas nouvelle, et de nombreux économistes financiers à travers le temps ont étudié ce phénomène baptisé la théorie des cycles. Aujourd’hui il est acquis qu’il existe une certaine régularité dans les fluctuations des marchés boursiers. Ainsi de nombreux investisseurs, à la lumière de la théorie des cycles tentent d’évaluer et de prévoir les crises et les reprises de l’économie et donc des marchés boursiers. Ainsi, afin de mener l’analyse macro-économique la plus fine, les experts étudient les cycles économiques sur trois marchés majeurs, celui des obligations, des actions et des matières premières. La nature structurée des cycles de marché, permet en effet aux investisseurs sur le long terme d’obtenir des informations pertinentes afin de placer leur capital.

 

Les cycles sur les marchés obligataires

Pour anticiper l’évolution future des marchés et comprendre dans quels cycles économiques l’on se trouve, il existe de nombreux indicateurs. Ainsi les obligations ou les marchés de taux d’intérêt sont considérés comme un indicateur avancé de la santé de l’économie. Bien souvent, c’est sur le marché obligataire que l’on peut détecter une tendance haussière, en effet plus les obligations sont en hausse, et plus la contraction de l’économie est potentiellement forte. Ce phénomène est dû tout simplement à la chute des taux d’intérêt à court terme lorsque l’économie est en phase de contraction et de la hausse de ces mêmes taux en fin de phase d’expansion. Un plus bas sur le marché obligataire est souvent synonyme d’une zone de contraction extrême de l’économie (affluence de mauvaises nouvelles).

Les cycles sur les marchés actions

À l’inverse les actions ont généralement un temps de retard par rapport au marché obligataire, et atteignent leur plus bas bien souvent après ceux des obligations. De nombreuses études expliquent ce phénomène par le biais psychologique des investisseurs et plus particulièrement les petits porteurs, qui lorsque les mauvaises nouvelles s’accumulent ont tendance à sortir du marché. C’est dans cette période que les grosses mains, c’est-à-dire les gros hedge Funds et les banques d’investissements accumulent les titres. En effet ces acteurs disposent de gros moyens, et sont parfaitement informés quant à la valeur des titres, c’est la raison pour laquelle ils profitent d’une forte phase de baisse pour ramasser tous les titres à bon prix, cette phase appelée phase d’accumulation a pour effet de raréfier l’offre, tandis que la demande augmente progressivement. Tous les ingrédients sont donc réunis pour que le marché boursier s’installe dans une phase haussière.

Les cycles sur les marchés matières premières

Les cycles sur les marchés matières premières, sont en général considérés comme des indicateurs retardés. En effet la corrélation des cours des matières premières est très forte avec l’économie réelle, ainsi ce n’est que lorsque les marchés obligataires et marchés actions sont en phase haussière, que le prix des matières premières augmente, puisque les entreprises productrices voient leur activité progresser. Cette forte demande génère mécaniquement la hausse du secteur des matières premières.

Conclusion

Si en théorie la croissance économique tend à être cyclique, alternant des périodes de ralentissement et des périodes d’expansion. En pratique, les choses ne sont pas aussi simples car ces cycles ne sont pas identiques pas plus que la durée et l’intensité des différentes étapes. D’autant plus que les gouvernements et les autorités financières contrôlent le niveau d’activité économique et au besoin agissent sur la politique monétaire pour maintenir autant que possible une croissance soutenue. La Bourse et les marchés financiers anticipent toujours, ce qui explique pourquoi les cours boursiers se redressent ou chutent avant même qu’un cycle de reprise ou de baisse économique ne soit perceptible.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

2 Comments
  1. Jerôme

    10 novembre 2015 at 18 h 41 min

    Je suis assez d’accord avec la vidéo de Nicolas Doze, les cycles économiques sont de moins en moins prépondérants. 80 mois de politiques monétaires y sont surement pour quelque chose

  2. Alain

    10 novembre 2015 at 18 h 45 min

    @Jerome c’est vrai que les cycles ne sont plus aussi précis, mais les bases persistent et les petits porteurs reproduisent souvent les memes erreurs, entrant eau plus haut et vendant eau plus bas..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *