Pourquoi faut-il fuir le marché immobilier ?

1074 vues Laisser un commentaire
immobilier argent

immobilier argentLe marché de l’immobilier ne cesse de présenter différentes faces. Les bons chiffres d’affaires des promoteurs immobiliers font rêver. Mais la présence de spéculateurs motivés uniquement par la plus-value a fini par le pervertir.

Dans cet état de fait, la question est de savoir, faut-il croire ou fuir le marché de l’immobilier. Je vous apporte les éclaircissements dans les lignes suivantes.

Quand l’immobilier baisse, il faut vendre ! Et ne pas acheter.

Le marché de l’immobilier dépend en effet de l’offre et de la demande. Les prix s’ajustent en fonction du nombre et du pouvoir d’achat des acheteurs par rapport au nombre de vendeurs. L’immobilier reste un bien financier. Mais comme tout bien financier, il faut un financement et il y a des frais. Dès votre achat donc, vous êtes en moins-value latente.
Mais les frais financiers ne sont pas les seuls que vous aurez à couvrir à terme sur une maison. Il faudra en effet, l’assurer, payer les charges et bien d’autres coûts. Ensuite année après année des frais supplémentaires viendront s’ajouter: l’entretien. Sans compter les impôts. C’est pourquoi au moindre indice de baisse, au lieu de continuer à s’engouffrer davantage, il vaut mieux penser à s’en débarrasser.

L’immobilier peut chuter : un placement pas forcément sans risque.


Il existe plusieurs risques liés à un investissement immobilier. Par exemple, en cas de retournement du marché, il y a un risque de perte de capital. Il y a également des risques liés au comportement des locataires, c’est le cas des loyers impayés, à la destruction des locaux, le gel des loyers, suspension des expulsions, etc.
Sur le plan réglementaire également il y a des risques. L’état peut à tout moment voter des lois et prendre des dispositions dans le but de plafonner tel ou tel autre montant dans le domaine immobilier. Il existe un risque fiscal aussi avec l’insécurité fiscale qui atteint des sommets. L’immobilier est très facilement taxable. On peut vite s’enfuir avec ses pièces d’or, moins facilement avec ses terres agricoles, ses forêts ou encore… son immobilier !
Risque d’entretien, un propriétaire n’étant jamais à l’abri d’un ravalement ou de travaux lourds et imprévus. De plus, les risques de dégradation et de difficultés de gestion des copropriétés dont le taux de copropriétés à la dérive augmente.

Les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel : Une progression depuis 1996

machiavelMachiavel disait que « l’habituel défaut de l’homme est de ne pas prévoir l’orage par beau temps ». Les investisseurs ne doivent pas se laisser aller à l’euphorie ambiante des marchés immobiliers, lorsqu’elle s’installe durablement sur les marchés immobiliers. Les hausses continues des marchés immobiliers et leurs grands indices depuis 1996 ne seront pas sans arrêt. Ces crises nous rappellent brutalement que les arbres ne montent pas au ciel et nous font réaliser que le monde ne sera pas toujours le même. La dernière crise des Subprimes aux Etats Unis, et les crises actuelles à répétition en Europe associées aux différents plans de rigueur nous montrent la vulnérabilité de l’investissement immobilier. Il convient donc de « ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ».

Un placement très long terme pas toujours gagnant


En cette période de difficulté financière, le conseil d’investir dans l’immobilier pour protéger et garantir son capital semble être perçue comme la meilleure. Mais la question est de savoir si une nouvelle crise arrivait demain, le foncier pourrait-il vraiment mettre les investisseurs à l’abri de pertes conséquentes? Rien ne le présage. La crise immobilière de 2008 a démontré tout le contraire. Des familles entières, des sociétés entières, des pays entiers se sont retrouvés détruits. Par précaution, il est mieux de ne pas tomber dans le piège des masses immobilières. Les réalités financières démontrent tout le contraire de ce qu’elles soutiennent.

Choisissez de placer jusqu’à 50% de votre épargne en bourse

Nous avons vu plus haut qu’il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Il faut alors diversifier l’emplacement de vos biens. Mieux vaut investir une part de vos finances sur un marché et l’autre part sur un autre. Ainsi, non seulement l’on réduit les possibilités de faillite, mais aussi on accroît ses sources de revenus. Tous les marchés ne s’effondrent pas au même moment, ni de la même manière.

Cyril Blesson, responsable de la recherche économique chez Seeds Finance et co fondateur des Cahiers de l’épargne affirmait qu’ »Il faut rappeler aux épargnants et aux investisseurs que oui, la Bourse est le placement le plus rentable à un horizon d’au moins 15 ans ». Oui il faut investir dans la bourse!

En définitive, nous avons vu que le marché de l’immobilier n’est pas l’eldorado tant vanté par ses adeptes. Il comporte trop de risques. Néanmoins, acheter une maison est une bonne idée. Le mieux c’est de ne pas investir tout son patrimoine dans l’immobilier. Il faut le diversifier. Ainsi un investissement en bourse demeure l’idéal. Après tout, on investit pour une rentabilité et non pour perdre !

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *