Métaux précieux, L’or reste-t-il une valeur refuge

654 vues Laisser un commentaire
conseils pour trader l'or

web_or--672x359La récente débâcle sur les marchés mondiaux la semaine dernière a été largement commentée par les analystes, économistes gérants de fonds de pension. Alors que les marchés boursiers étaient inexorablement tirés vers le bas, suivant la trajectoire baissière des matières premières, ils ont depuis pour la plupart d’entre eux rebondit. Pendant ce temps, l’or a pulvérisé sa moyenne mobile à 50 jours alors qu’une nouvelle rafale d’infos négatives venues du monde entier a ravivé l’intérêt des investisseurs pour le métal jaune. En effet, les nouvelles sont peu reluisant du côté de l’économie réelle, puisque aujourd’hui tout le monde s’accorde à dire que la Chine qui est la deuxième économie mondiale continue de ralentir, comme le confirme son indice PMI étend passé sous la barre des 47,8. L’une des raisons vraisemblablement qui a poussé la banque centrale de Chine à dévaluer le yuan. Dans cet article intitulé métaux précieux, l’or reste-t-il une valeur refuge, je vous propose de faire le point sur les critères à évaluer pour investir sereinement sur le métal jaune.

Des similitudes entre les pétrolières et les minières

La confirmation du ralentissement du dragon chinois, pèse lourdement à la baisse sur le marché des matières premières, un seul chiffre suffit à comprendre l’appétit de l’empire du milieu, devenu en l’espace de 30 ans, l’usine du monde. En effet, la Chine consomme près de 55 % du pétrole dans le monde. L’on a pu s’apercevoir sur les cours de l’or noir, ce que le ralentissement de l’économie chinoise peut faire comme dégâts. Bien que la Chine ne soit pas la seule responsable, puisque l’arrivée du pétrole de schiste américain a littéralement inondé le marché, tandis que les membres de l’OPEP l’Arabie Saoudite en tête ont décidé de maintenir leur niveau de production inchangée, malgré le prix du baril de pétrole qui a été divisé par deux depuis juin 2014. Les amateurs de statistiques seront ravis d’apprendre que le pétrole brut est dans une séquence de baisses, une période entamée depuis huit semaines et qui figure comme la plus longue jamais enregistrée en 29 ans. Désormais le baril de WTI (West Texas Intermediate) s’échange aux alentours des 40 $ le baril en intraday. Si je vous propose de faire le point sur la situation du pétrole, c’est parce que celui-ci préfigure peut-être ce qui risque de se passer sur les métaux précieux, et plus particulièrement sur l’or.

L’or est-il vraiment délaissé par les investisseurs ?

ECO-2010-28-L-ONCE-D-OR_grandLe récent rebond du métal fin, indique que les marchés actions sont nerveux, malgré l’assurance des banquiers centraux de faire tout ce qu’il faudra pour maintenir un niveau de liquidité suffisant. Ces déclarations, semble ne pas rassurer complètement les investisseurs, craignant que la normalisation de la politique monétaire américaine, avec une hausse des taux directeurs prévue en septembre ou en décembre, le déséquilibre un marché mature ayant grimpé en flèche depuis 2009. Les parallèles sont nombreux entre l’or noir est le métal précieux, si les compagnies pétrolières résistent plutôt bien à la pression, du côté des valeurs minières aurifères, c’est un véritable carnage, puisque en l’espace de deux ans la majorité des actions de sociétés minières ont chuté de 90 %. Les chiffres sont sans appel puisque le métal jaune a perdu près de 20 % sur les 12 derniers mois, corrigeant de près de 40 % depuis son sommet de août 2011. Un phénomène que l’on peut observer aussi sur les autres métaux précieux, notamment l’argent, mais aussi industriel comme le cuivre. Pour autant bien que l’économie mondiale ralentisse, l’utilisation du cuivre ne va pas disparaître du jour au lendemain, c’est un métal essentiel, et nul ne doute qu’il réagit à des cycles. Une situation logique, puisque lorsque les prix grimpent, les minières produisent plus, et lorsque ceux-ci baissent, elles réduisent leur production jusqu’à ce que l’offre se raréfie.

Conclusion

or-valeur-refugeL’once d’or semble faire de la résistance, alors que bon nombre d’analystes prédisaient sa mort, une fois passée sous la barre des 1100 $, force est de constater que le métal jaune fait preuve d’une extraordinaire résilience. Je doute sincèrement que l’or soit fini, car ce qui a déclenché la crise de 2008-2009 était un excès de dette. Aujourd’hui… il y a encore plus d’excès de dette dans le système financier mondial. Ce n’est qu’une question de temps avant que la stabilité factice actuelle cède le pas à une authentique panique, les derniers événements boursiers avec la chute des marchés asiatiques entraînant dans leur sillage les principales places mondiales ne sont que les prémices d’une correction beaucoup plus sévère. Ce jour-là l’or reprendra à n’en pas douter sa place de valeur refuge.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

RELATED ITEMS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *