Marchés boursiers vers un gros coup de blues en septembre ?

502 vues 1 Commentaire

Les marchés boursiers démontrent une résistance impressionnante, malgré la parution d’indicateurs mitigés, les risques géopolitiques, les taux d’endettement souverain record, ainsi que la confirmation du ralentissement de l’économie chinoise. C’est dans ce contexte potentiellement explosif, que la réserve fédérale est attendue sur la question de la remontée de ses taux directeurs. Le consensus table sur une hausse de 0,25 % qui devrait avoir lieu en septembre ou en décembre 2015. L’occasion pour moi dans cet article intitulé marchés boursier vers un gros coup de blues en septembre ? De souligner, pourquoi la rentrée risque d’être mouvementée sur les places financières.

La naissance du Bull Market

quantitative-easing-QE-660x300De plus en plus d’analystes hétérodoxes affirment que depuis le milieu de l’année 2009, les indicateurs historiques, et l’analyse technique ont perdu leur capacité à prédire les marchés. Tout le savoir construit après des années de pratique par les investisseurs n’est désormais de plus aucun secours. Paradoxalement, depuis la dernière hausse boursière après le quasi reset du système financier mondial lors de la crise de 2008 2009, il n’a jamais été aussi simple d’investir sur les marchés boursiers. En effet, il valait mieux suivre le camp du Bull Market hypnotisé par le Momentum, plutôt que de s’appuyer sur les fondamentaux des analyses techniques chartistes pour performer durant les sept dernières années. De nombreux analystes et gérants n’ont pas compris à l’époque, que les institutions financières et politiques avaient décidé de reflater le prix des assets jusqu’à la destruction des monnaies. Mais cette période de forte guidance par les banques centrales s’accompagnerait de bulles sur les marchés financiers, jusqu’à même admettre bout des lèvres que désormais les marchés financiers seraient régulés grâce à la fabrication volontaire de bulles récurrentes et successives. On gonfle, on stimule, on resserre, on détruit, on regonfle.

Des anomalies inquiétantes sur les marchés

krach-boursier-crise-boursiereAinsi pour soutenir les marchés financiers, les banques centrales ont commencé à imprimer des liquidités afin de peser sur le marché des obligations, la réserve fédérale américaine achetant les bons du Trésor, la banque centrale d’Angleterre lui emboîtera le pas, suivi par la banque centrale du Japon, ce n’est que cette année que la banque centrale européenne procédera elle aussi à son assouplissement quantitatif. Dès lors la nature des marchés financiers a commencé à se transformer, en effet, tant que la production mondiale de liquidités se poursuivait, il n’y avait pas lieu de sortir des marchés prématurément. C’est ce que l’on appelle la déconnexion des marchés financiers avec l’économie réelle puisque dorénavant le prix des assets quasi-monétaires n’avait plus rien à voir avec les valeurs réelles, mais à voir avec la masse de liquidités. L’industrie financière refusant de financer l’économie réelle, puisque dorénavant la performance boursière repose sur l’achat de valeurs mobilières est un échange de « cash qui ne rapporte rien » contre un « actif qui rapporte un peu et auquel est attaché un billet de loterie ».

Vers une monnaie biodégradable

green-recycle-arabic-logo-hiAujourd’hui nous sommes dans une autre phase, estime certains économistes suggérant que nous assistons à la transformation de l’essence même de l’argent, avançant de façon provocante que c’est la nature même de la monnaie et celle des assets quasi-monétaires qui est en train de changer. Que nous sommes en train de faire avec la monnaie, ce que l’on a fait, en libérant le dollar de son ancrage avec l’or, la monnaie des monnaies, référence millénaire. Ainsi est venu le concept de monnaie biodégradable en fonction des besoins de l’économie, avec les taux zéro, les NIRP, les promesses de Put, les prélèvements sur le cash, les bail-in etc. un nouveau système de régulation des marchés financiers favorisant l’éclatement de certaines bulles afin d’assainir, le marché pouvant ainsi fournir de nouvelles opportunités. Aujourd’hui, les divergences sur les marchés augmentent, la volatilité semble se contracter, et les corrections techniques sont de plus en plus étroites et espacées dans le temps, du côté des spreads l’on assiste à une compression, malgré une inquiétude palpable. Une sorte de calme avant la tempête, les marchés étant devenus complaisants, croyant mordicus les banques centrales que le risque a disparu sur les assets à risque.

Conclusion

Quelques économistes pointent le doigt sur de possibles risques de krach, sur les marchés financiers durant la période de septembre à octobre 2015. Selon leur théorie nous sommes actuellement dans une phase intermédiaire de régulation dans la régulation. On s’apprête ou on fait semblant de fermer les vannes monétaires afin de purger la mauvaise allocation d’actifs dus aux politiques laxistes des banques centrales. On secoue le cocotier et cette purge est l’assainissement qui va permettre d’aller de l’avant, d’aller plus haut.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

1 Commentaire
  1. Martin

    24 août 2015 at 14 h 48 min

    Effectivement ca commence a se sentir le roussi le sur les marchés financier, ca ne m’étonnerait pas que l’on ait droit a un nouveau round d’assouplissement quantitatifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *