Marché obligataire pourquoi tout investisseur doit s’y intéresser

1383 vues 5 Commentaires

Marché obligataireLes marchés obligataires sont au cœur de l’actualité depuis quelques temps, tout le monde a en tête le short du siècle sur le Bund allemand annoncé par Bill Gross ancien chef analyste du plus grand fond d’investissement au monde Pimco. Aujourd’hui je vous propose dans cet article intitule Marché obligataire pourquoi tout investisseur doit s’y intéresser, de faire une incursion dans un marché délaissé des investisseurs particuliers, le marché obligataire. Il est vrai qu’en période de faible rémunération sur l’épargne, les rendements proposés par les obligations d’États comme d’entreprises peuvent s’avérer alléchants. En effet, malgré les rendements potentiels des obligations souveraines ou High Yield, peu de traders particuliers maitrisent les mécanismes du marché obligataire, dont il vrai que c’est un marché doté de nombreuses spécificités.

Qu’est-ce qu’une obligation et comment fonctionne ce marché ?

manne-du-marche-obligataireComme tous les titres financiers, les obligations se négocient sur un marché. En termes de volume, le marché obligataire est le plus important du monde. Contrairement à l’action, qui est un titre de propriété, l’obligation est un titre de créance. Ainsi, l’opération revient pour l’investisseur à prêter une somme déterminée à un émetteur pouvant être un État ou une entreprise sur une durée définie. Le prêt ne sera remboursé qu’à l’échéance et sur la période l’émetteur qui emprunte paiera un intérêt (coupon annuel), la plupart du temps fixe. Comme toute opération de prêt, l’achat d’une obligation comporte donc un risque : celui que l’émetteur ne puisse rembourser les sommes qui lui ont été prêtées. Lorsqu’un organisme souhaite émettre une obligation, il fait appel au marché obligataire primaire, sur lequel ses titres sont acquis par divers investisseurs (banques, fonds, particuliers,…). L’acquisition dans une stratégie long terme d’obligation doit faire la part belle au marché primaire. En effet l’acquisition sur le marché primaire permet d’obtenir un prix d’émission intéressant, car celui-ci n’a pas encore été modifié par la loi de l’offre et de la demande. En revanche, une fois émise, une obligation peut être tradée sur le marché obligataire secondaire. C’est à ce moment que celle-ci devient un titre financier dont le cours peut fluctuer. En rentrant sur le marché de « l’occasion », une obligation va donc être mise en concurrence avec les autres dettes. Ainsi, à risque égal, si elle offre un rendement supérieur aux autres, l’obligation sera plus demandée ; ce qui va faire mécaniquement monter son cours.

Notion de coupon et de prix nominal d’une obligation

investir dans les obligationsUne obligation est composée de son coupon et du nominal, c’est-à-dire de son rendement exprimé en pourcentage et du prix de l’obligation. Puisque l’on parle de prêt, le montant du coupon est inévitablement lié au risque de défaut. Généralement, on compare le taux offert à celui des placements sans risque à même échéance. L’écart entre les deux taux constitue la prime que demande l’investisseur pour prêter à l’émetteur. Ainsi, plus le taux est élevé, plus l’obligation est considérée comme risquée. Le coupon bien souvent fixe est déterminé à l’avance pour toute la durée de vie de l’obligation par rapport à son nominal. Par exemple, une obligation de 100 euros de nominal avec un rendement de 10%, servira chaque année 10 euros d’intérêt, quel que soit l’évolution de son prix. Il existe plus rarement des obligations indexées dont le coupon peut varier selon des critères définis à l’avance. Le nominal est la valeur de référence de l’obligation, et correspond la plupart du temps à son prix d’émission. Mais par la suite, une fois le titre coté sur le marché secondaire, le prix de l’obligation peut fluctuer à la hausse ou à la baisse en fonction de la confiance accordée à l’émetteur mais aussi en fonction du niveau des taux. La cote peut être exprimée en devise bien qu’elle soit le plus souvent exprimée en pourcentage du nominal.

Conclusion

Pour anticiper la direction du marché obligataire, Il est primordial de suivre les réunions de la BCE et de la FED, car un changement des taux d’intérêts à court terme pousse toujours les investisseurs à réévaluer leurs obligations. Le risque majeur pour une obligation c’est bien évidemment le défaut de paiement donc la mise en faillite de l’État ou de l’entreprise émettrice. Ce risque de défaut est le critère majeur à évaluer lorsque l’on souhaite investir sur des obligations. Si ce risque est prépondérant, il est tout de même relativement aisé à évaluer même pour les investisseurs particuliers, notamment en étudiant le bilan de l’entreprise ou le niveau de Crédit Défaut Swap.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

RELATED ITEMS
5 Comments
  1. Jerôme

    15 juin 2015 at 16 h 08 min

    Tout a fait d’accord avec cet article, tout investisseur devrait normalement s’intéresser aux obligations, ne serait ce que pour bien diversifier son portefeuille

  2. Fabrice

    15 juin 2015 at 16 h 18 min

    Le marché obligataire a mon avis reste quand meme pour les investisseurs professionnels, ca demande une certaine maitrise pour espérer engranger des gains réguliers et dans la durée

  3. Alain

    15 juin 2015 at 16 h 22 min

    Avec les mésaventures sur le Bund allemand il est préférable à mon avis de regarder plutot du coté des obligations d’entreprise qui me paraissent plus intéressantes pour un spéculateur privé, mais ce n’est que mon avis…..

  4. julien

    15 juin 2015 at 16 h 49 min

    Bill gross nous avait prévenu sur le Bund allemand, il vient d’encaisser une plus value énorme, correspondant à une différence de 90 points de base en 1 mois et demi, pas mal du tout

  5. florian

    15 juin 2015 at 16 h 59 min

    les marchés obligation d’états risque de tanguer pas mal surtout depuis que le risque d’un défaut grec se précise, ca risque de saigner pas mal cet été sur les dettes souveraines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *