L’incendie au Canada menace la 3eme réserve mondiale de pétrole

985 vues Laisser un commentaire

Peut être une mauvaise nouvelle pour les shorteurs du pétrole : la possible perte du 3eme réservoir mondial pétrolier, celui proche du Fort Mc Murray au Canada.

Un incendie qui fait 20 fois la taille de Paris

Les températures estivales (30°C) et le manque de pluie dans la région a permis à la broussaille de s’assécher complètement, rendant plus facile l'embrasement des sols et plus compliqué l’arrêt des feux. Un incendie s’est déclaré la semaine dernière et depuis, le feu a pris une ampleur sans précédent. De plusieurs foyers maîtrisables, nous sommes passés à un incendie dont le pourtour fait 20 fois la taille de Paris.

100.000 personnes évacuées

L’incendie au Fort Mc Murray a fait évacuer 100.000 personnes, de manière très méthodique pour qu’il y ait le moins de blessés possibles. C’est un événement tragique pour la population locale tant l’ampleur de la catastrophe est à des niveaux records.

Des retombées économiques concernant le marché pétrolier

Qui dit Fort Mc Murray, dit également entreprises pétrolifères. Et les entreprises qui ont un forage là-bas on perdu la quasi totalité de leur production. Au total, ce sont 204.000 hectares de forêt qui sont entièrement dévastés.

Le pétrole léger américain en forte hausse

Le cours du baril de «light sweet crude» américain (WTI) pour livraison en juin a franchi mercredi le seuil des 46 dollars, ce qui le ramène à un niveau proche des plus hauts de l’année. En Europe, le prix du brent extrait de mer du Nord a de son côté dépassé 46,70 dollars avant de fléchir et de terminer la séance à 44,98 dollars. Les marchés vont surveiller de très près le manque de personnel disponible qui pourrait paralyser la production canadienne de brut pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines si l’incendie n’est pas rapidement maîtrisé. Quatre grandes sociétés d’exploitation locales ont déjà suspendu leur production ce qui aura pour effet de faire diminuer l’offre dans un marché déjà saturé.

Pour comprendre, le sous-sol du Canada renferme les troisièmes réserves d’or noir mondiales, derrière le Venezuela et l’Arabie saoudite, dont l’essentiel est concentré dans l’Alberta. Pas moins de 133.000 personnes travaillent aujourd’hui pour les sociétés pétrolières de cette seule province. Les exploitations des sables bitumineux de l’Alberta s’étendent sur 142.200 kilomètres carrés, couverts de forêts, donc très vulnérables aux risques d’incendie dès l’arrivée des beaux jours.

Refus de l’aide étrangère

Plusieurs pays, tels que la Russie, les Philippines et Taïwan ont proposé leur aide pour tenter d’éteindre cet incendie, mais le gouvernement a refusé catégoriquement cette aide… Par contre on ne saura pas pourquoi un tel refus mais j’ai déjà ma petite hypothèse : le Canada préfèrerait-il brûler ses réserves de pétrole pour faire monter les prix du baril ?

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *