Les fonds spéculatifs sont à la recherche de métaux précieux

645 vues 6 Commentaires

6f991b425a7b39a2470e43c57fde8d2bSi les analystes sont nombreux à venir sur les plateaux TV afin de rassurer les investisseurs particuliers, quant au potentiel de hausse des marchés action, notamment parce que ceux-ci pensent que la FED va lancer un QE 4. Bien que le QE3 doit se finir en ce mois d’octobre. Pour rappel le QE ou Quantitative Easing est la version moderne de la planche à billet, les banques centrales américaines, britannique japonaise et maintenant européenne déverse des torrents de liquidités sur les marchés pour les maintenir en lévitation. Ces politiques d’argent facile couplées à des taux d’intérêts zéro, voir négatifs en Zone Euro ont alimenté la hausse des bourses ces 5 dernières années. Nos économies occidentales dépendent désormais en grande partie de ses taux zéro et de la planche à billet, donc de la dette pour générer un peu de croissance. Alors que ces analystes taisent ses problèmes systémiques au plus grand nombre, les gérants de hedge Funds à l’instar de Jim Rogers grand ami de Georges Soros ont une toute autre vision des marchés. Nul doute que ces insiders ont une longueur d’avance sur les analystes lambda que l’on entend à longueur de journée et qui tente de nous rassurer sur le récent coup de semonce sur les marchés. Ce n’est pas sans raison si Les fonds spéculatifs sont à la recherche de métaux précieux. En effet les fondamentaux qui ont soutenus l’argent et l’or sont plus vigoureux que jamais. Les bilans des banques centrales ne cessent de s’alourdir (la BCE s’apprête à alourdir son bilan de plus de 1000 milliards). Rien n’a vraiment changé sur la planète finance depuis la crise de 2008, bien au contraire la situation est encore plus désastreuse, pour de nombreux fonds spéculatifs.

Les indicateurs suggèrent une baisse des métaux précieux

fedreservePour se convaincre du sentiment de confiance qui habite les hedge funds quant à l’investissement sur les métaux précieux et particulièrement sur l’argent-métal, il suffit de mettre en relation les minima de 20% de consensus haussier par rapport au Dollar index qui se situe aux alentours de 90 actuellement. Cet indicateur sous-entend que les métaux précieux tels que l’or et surtout l’argent peuvent encore voir leur valeur baisser. En effet la corrélation entre le dollar et l’or-métal est dans 70% des cas inversée, mais en termes de Momentum c’est dans le cas d’une hausse du Dollar que le mouvement prend le plus d’ampleur, les chiffres disponibles font état de plus de 30% des situations ou cette corrélation se vérifie. C’est sans doute ce qui pousse les gérants et analystes comme Jim Rickards à ne jurer que par les métaux précieux et à se positionner actuellement, même si la perspective d’une chute de leurs cours, ainsi l’Argent pourrait crever le plancher des 16.5 dollars l’once, pour l’once d’Or le plancher se situerait aux alentours des 1175 dollars. Les éléments pouvant déclencher le rallye haussier de ces deux métaux précieux viendra vraisemblablement le jour où le marché s’apercevra que l’on ne peut indéfiniment s’appuyer sur l’impression monétaire pour l’expansion de l’économie, ou que la Fed sera contrainte de relever ses taux directeurs. C’est à dire assez prochainement, le gouverneur de la réserve fédérale américaine Madame Janet Yellen ayant communiqué sur la remontée possible des taux avant fin de l’année 2015.

La ruée vers l’or des Allemands et des Suisses

golden floorAlors que la Confédération Suisse se prépare à un référendum historique posant la question à ses citoyens, si l’or Suisse doit être rapatrié au pays Helvète, les allemands ont eux aussi demandé à la FED de rendre l’or germanique stocké par les américains. Les démarches sont en cours et la nervosité outre Rhin se fait sentir sur cette question essentielle de la souveraineté allemande, car aux dernières nouvelles l’or allemand aurait disparu des coffres forts de la FED. Il semblerait donc que l’engouement pour les métaux précieux ne soit pas le seul fait des fonds spéculatifs. La nervosité des marchés ces dernières semaines semblent se calmer un peu, alors que les banquiers de la Fed n’ont même pas commencé à relever leur taux directeur, tandis que les marchés paniquent déjà à la perspective de la fin du QE3. Pour les gourous de la finance évoqués dans cet article la réalité est vertigineuse ; la reprise économique est si fragile qu’elle ne peut plus se passer de shoots monétaires.

Conclusion

En 2013 et en 2014, l’euphorie boursière et la frénésie des introductions en bourse de plus de 10 milliards ont atteint de nouveaux sommets avec notamment l’introduction record d’Alibaba à la bourse de New York. Les capitaux sont venus gonfler toutes sortes d’actifs, y compris les crypto monnaies comme le Bitcoin, les entreprises ont profité des taux bas pour racheter leurs propres titres. Comme le dit le proverbe, lorsque la marée se retirera, on verra mieux qui se baignait nu.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

6 Comments
  1. Thomas

    27 octobre 2014 at 15 h 38 min

    Si les allemands souhaitent rapatrier leur or depuis quelques années, et que les suisses aussi se posent la question, il y a forcément anguille sous roche. Ce ne peut pas être une simple coincidence. Si en plus les fonds de pension s’y mettent c’est un signal d’alarme en direction des marchés action et obligataire.

  2. martin

    27 octobre 2014 at 15 h 42 min

    Je ne prendrais pas pour argent comptant(sans aucun jeu de mot) les déclarations des business insiders comme Jim Rogers, cela peut être une manœuvre de diversion pour nous pousser a sortir du marché et jouer la baisse.

  3. Valérie

    27 octobre 2014 at 15 h 47 min

    Je suis assez d’accord avec cet article dans le fond, il vaut mieux diversifier son portefeuille, d’autant plus que la correction récente ne semble pas terminée, les acteurs sont tous suspendus aux lèvres de la présidente de la FED qui doit faire un discours le mercredi de cette semaine sur la fin du QE… encore un peu de patience.

  4. kevin

    27 octobre 2014 at 15 h 49 min

    Je suis assez d’accord avec Jim Rogers, l’impression monétaire se payera tot ou tard, si l’or reste à des niveaux élevés, l’argent métal est assez bon marché, c’est pour moi un bon actif sur lequel les risques sont faibles.

  5. Pascal

    27 octobre 2014 at 15 h 50 min

    Tant que le dollar sera à la hausse les métaux précieux comme l’or et l’argent seront orienté à la baisse, la corrélation inversée existe bel et bien, ce qui présage de belles opportunité d’achat dans un futur proche.

  6. Victor

    27 octobre 2014 at 16 h 00 min

    Avec une impression monétaire de 200 milliards par trimestre, cela va forcément se payer un jour, je rejoint en ce sens le commentaire de Kevin, ce jour là l’hyperinflation sera terrible, certains modèles très pessimiste propulse le prix de l’once d’or à 15000$, à méditer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *