Les banques de trading et système de réserve fractionnelle

878 vues 3 Commentaires

création monétaireLorsque l’on spécule sur les plateformes de trading en ligne en fonds propres, on prend position en réalité contre d’autres traders particuliers et des banques d’investissement. Dès lors, il est important de comprendre les forces et faiblesses de ces contreparties. En effet, les banques commerciales encore appelées banque d’affaires ou banque de trading disposent d’une puissance de feu financière quasi illimitée. En effet, depuis l’abrogation du Glass-Steagall Act acte, et malgré l’instauration de la Volcker Rule, la non séparation des banques de dépôt avec les banques d’investissement, permet dans certains cas un comportement de prédateur vie en spéculant contre l’économie réelle. Cette possibilité est connue sous le nom de système de réserve fractionnaire encore appelée couverture partielle. Un mécanisme que je vous propose de découvrir dans cet article intitulé Les banques de trading et système de réserve fractionnelle.

La réserve fractionnaire, un tour de passe-passe ?

ecb_logo_FRLes banques commerciales ont le droit de prêter par des jeux d’écriture des sommes d’argent dont elles ne disposent pas, du moins en apparence. Ce droit qui leur est réservé et le système de réserve fractionnaire, ou de couverture partielle. C’est ce que l’on appelle de la création de monnaie scripturale ex nihilo, Lorsque le crédit est remboursé, majoré de l’intérêt, l’argent qui avait été créé par la banque est détruit. La banque se paye en touchant des intérêts sur les remboursements du débiteur. On parle dans ce cadre d’effet multiplicateur du crédit, le multiplicateur désignant le rapport entre la base monétaire (monnaie centrale) et la quantité de monnaie issue du crédit accordé par les banques. Ce sont « les crédits qui font les dépôts ». De la même façon, la transformation bancaire consiste à prêter des ressources des épargnants à court terme pour financer des crédits à long terme pour les emprunteurs.

Une limite fixée à la monnaie scripturale

Toutefois les banques sont limitées dans le montant de cette monnaie scripturale par un pourcentage des encours de crédits qu’elles devront déposer auprès de la banque centrale européenne. C’est ce que l’on appelle les réserves obligatoires, dont le pourcentage est relativement faible. En effet, chaque banque doit disposer de 1% des crédits en monnaie centrale, elle doit aussi satisfaire les demandes de retraits de ses clients, que ce soient les prélèvements sur les comptes bancaires, les paiements par carte bancaire ou les retraits d’espèces, ce qui représente généralement 15 % des dépôts. Les banques se prêtent aussi de l’argent, elles doivent donc garantir leurs dettes en monnaie centrale, ce qu’on appelle les compensations interbancaires. Enfin depuis la crise de 2008 et la mise en place des réglementations Bâle III, il leur est imposé de détenir 8 % en fonds propres sur les crédits.

Après l’or, la monnaie centrale au cœur du système

dollarorAujourd’hui, le système monétaire repose sur la monnaie centrale, celle-ci ayant remplacé l’or tandis qu’en Europe les banques nationales n’impriment quasiment plus de monnaie, ce rôle ayant été confié à la banque centrale européenne présidée par Mario Draghi. Ainsi les grands blocs économiques ont si l’on peut dire monétiser leur argent via leurs banques. Ainsi la réserve fractionnelle qui consiste en l’inscription simultanée, au bilan de la banque, d’une reconnaissance de dette à l’actif et d’argent à leur passif, sur le compte du bénéficiaire du crédit, permet une extension de la masse monétaire exceptionnelle. Les économistes disent du système de croissance basé sur le crédit « ce sont les crédits qui forment les dépôts, et non pas les dépôts qui permettent les crédits « . Ainsi chaque année dans la zone euro les banques commerciales créent un volume égal à cinq fois celui de la monnaie centrale la vraie monnaie a cours légal, même si certaines banques peuvent dépasser un rapport de 10. Le Bank Run se produit lorsque le niveau de monnaie a cours légal n’est pas suffisant pour couvrir toutes les demandes de retraits de ses clients. Le reproche aussi à ce système de favoriser la spéculation pour compte propre des banques, ou leur faciliter à payer leurs frais et leurs investissements futurs. Les politiques récents des banques centrales visent à favoriser le crédit, un privilège que les banques refusent à certains secteurs de l’économie réelle jugée trop risquée.

Conclusion

Si le système de la création monétaire par le crédit bancaire est une formidable machine à produire de la richesse, son rôle de support à l’économie réelle semble s’éloigner, puisque les plus grosses banques sont sans cesse épinglées dans des affaires de manipulation de marché. Tandis que les banques centrales arrosent les marchés boursiers dans la crainte d’une rechute, alors que la croissance semble revenir en Europe et aux États-Unis.

 

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

3 Comments
  1. Jerôme

    25 juin 2015 at 18 h 47 min

    Contrairement aux USA en France et en Europe la législation est plus sévère pour le rapprochement des banques de détail et celles d’affaires

  2. daniel

    25 juin 2015 at 18 h 58 min

    Merci pour cet article sur la réserve fractionnelle, je ne savais pas que l’argent été créee à la demande ou ex-nihilo, ca change vraiment la donne

  3. Alain

    25 juin 2015 at 18 h 59 min

    Lorsque les banques d’investissement deviennent des prédateurs, c’est qu’il y a quelque chose qui cloche dans le système.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *