Le Bitcoin peut-il sauver le système bancaire Grec

970 vues 3 Commentaires

yanis-varoufakisLe feuilleton des négociations entre l’Eurogroup et le gouvernement grec, mené par le charismatique Alexis Tsipras, et son sémillant ministre de l’économie Yanis Varoufakis aura tenu en haleine toute l’Europe. Malgré un référendum rejetant les nouvelles mesures d’austérité, et après la fermeture des banques grecques réduisant les clients à ne pouvoir effectuer des retraits pour un montant de 60 € journaliers. La crise grecque s’est soldée par la capitulation du gouvernement Syriza, permettant ainsi le déblocage d’une aide d’environ 100 milliards de dollars par les créanciers de la troïka. Aujourd’hui, les révélations de Yannis Varoufakis ayant démissionné depuis font état d’un plan B, pour sauver le système bancaire grec en cas de Grexit, les rumeurs les plus folles ont d’ailleurs placé le bitcoins au centre de cette stratégie alternative afin de contourner la mise au ban du peuple Hellène de la monnaie unique européenne. Dans cet article intitulé le Bitcoin peut-il sauver le système bancaire grec, je vous propose de faire la lumière sur le plan B imaginé par Varoufakis et son équipe.

http://dai.ly/x2ziq7d

Un plan B audacieux pour sauver la Grèce du chaos

plan-bVaroufakis, ambitionnait de créer un système bancaire parallèle, un système qui aurait permis à Athènes selon lui de faire l’impasse sur les soutiens financiers de la banque centrale européenne, ainsi que des banques grecques exsangues après la décision de la BCE de leur couper l’accès aux liquidités. En effet celui que l’on surnomme parfois « Dr Doom », un personnage de bande dessinée Marvel, affirme qu’il avait eu la permission de son premier ministre Alexis Tsipras en décembre alors que ceux-ci n’étaient pas encore au pouvoir de penser un plan B, au cas où les négociations avec la troïka tourneraient mal. Au risque de déplaire les adeptes de la crypto monnaie le bitcoins, celle-ci ne figurait pas au cœur de la solution mise en place par Monsieur Varoufakis, celui-ci a d’ailleurs donné une conférence de presse à la mi-juillet pour expliquer son plan à la presse médusée. Monsieur Varoufakis déclara « Nous envisagions de créer clandestinement des comptes secrets reliés au numéro fiscal de chaque contribuable grec », avait expliqué l’ex-ministre lors de la conférence. Les contribuables auraient ainsi pu utiliser ce « système de paiement parallèle » pour régler « ce qu’ils doivent ou pour payer leurs impôts à l’État ». Libellé en euro, ce système de paiement « aurait pu à tout moment être converti en une nouvelle drachme » en cas de « Grexit ».

Quel intérêt pour la Grèce de basculer sur le bitcoins ?

Le Bitcoin peut-il sauver le système bancaire GrecMalgré les campagnes de communication faisant du bitcoin et des crypto monnaies, le moyen de paiement favori des cartels, des terroristes et du marché noir. La réalité est que de nombreuses entreprises comme Amazon ou eBay et des institutions bancaires et financières tout à fait respectables voient dans les crypto monnaies une alternative solide aux désordres monétaires chroniques de l’économie mondiale surtout depuis la crise de 2008. Du Nasdaq, en passant par UBS, la BNP ou la Banque Centrale d’Angleterre, jusqu’au plus grands groupes d’audit comme KPMG ou Deloitte ainsi que l’ancien ministre des finances grec, Yanis Varoufakis, tous reconnaissent des vertus au Bitcoin, qui offrirait une alternative ou menacerait le système financier actuel. C’est la raison pour laquelle nombre d’experts ont estimé que celui-ci pensait que le Bitcoins pourraient sauver le système bancaire grec. Force est de constater qu’aujourd’hui aujourd’hui, on voit mal comment les Grecs pourraient utiliser des Bitcoins pour effectuer leurs échanges. Il leur faudrait ouvrir un compte auprès d’une plateforme d’échange et transformer leurs euros en Bitcoins. Mais compte tenu des mesures drastiques imposées au gouvernement grec pour enrayer sa crise économique et monétaire durant les moments les plus tendus de la négociation, il paraissait difficile hier de voir émerger le Bitcoin comme monnaie alternative, tout comme aujourd’hui.

Conclusion

L’une des idées développées récemment est que la Grèce aurait dû créer une sorte de « devise collatérale » adossée à des actifs détenus par l’État grec. Ce genre de crypto-monnaie ressemblant aux bitcoins aurait permis la division des actifs infiniment, avec pour seule limite la valeur de ces derniers à condition que celle-ci soit positive pour tous les acteurs clients comme banque, état comme secteur privé. Une vision utopique souhaitant introduire une véritable démocratisation de la production de monnaie. Car Si Bitcoin ne peut empêcher la mise en place d’institutions défaillantes, il permet en revanche à ses utilisateurs à ne dépenser que ce qu’ils ont en poche. En cela, le système des crypto monnaies pourrait introduire un changement majeur dans la la gestion de l’argent public en Grèce, et dans le monde entier.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

RELATED ITEMS
3 Comments
  1. Jerôme

    17 septembre 2015 at 19 h 57 min

    le ministredes finances grec Varoufakis avec son plan B, a subi des menaces judiciaires, avec comme chefs d’inculpation ni plus ni moins que la trahison.

  2. thomas

    17 septembre 2015 at 20 h 03 min

    le problème avec le bitcoin, c’est qu’il est comme l’étalon or, l’on ne peut disposer que d’une quantité finie, ce qui pose un problème lorsqu’il s’agit de financer une économie en expansion.

  3. DigitalCash

    18 septembre 2015 at 12 h 37 min

    L’or a fonctionné pendant des millénaires.
    Jusqu’en 1971 le dollar était adossé à l’or, cela fonctionnait très bien.
    Depuis que les monnaies ne sont plus adossées à l’or on voit ce qui arrive.

    Planche à billets infinie, et crash droit dans le mur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *