La Liquidité, alpha et oméga du trading en ligne ?

516 vues Laisser un commentaire

argentL’on dit souvent du Forex que c’est le marché le plus liquide au monde, en effet selon la banque des règlements internationaux, il s’échange quotidiennement sur le marchés des taux de change, 5300 milliards de dollars. Dans cet article intitulé: La Liquidité, alpha et oméga du trading je vous propose de mieux comprendre ce qu’est la liquidité, tant c’est une notion importante pour tout investisseur de liquidité, car dans les situations de stress sur les marchés boursiers, la liquidité devient centrale. Milton Keynes avait coutume de définir la liquidité d’un actif financier comme sa capacité à être transformé en monnaie à court terme et sans perte. Cette définition met en avant à la fois un élément intemporel (court terme) et un élément de prix (sans perte). Pour simplifier, sachez que le court terme correspond à quelques jours, voire quelques heures, et que l’absence de perte signifie une vente à un prix proche du dernier cours ou de la dernière évaluation connue.

La notion de liquidité sur les marchés

La Liquidité, alpha et oméga du tradingLes investisseurs en ligne ne jurent que par la liquidité, ils l’adorent car elle leur offre une marge de manœuvre rassurante afin de pouvoir changer d’avis rapidement en cas de besoin. C’est là où le bât blesse car cela induit aussi une certaine légèreté et un manque de rigueur dans l’indispensable et précieux travail d’analyse, que de nombreux investisseurs bâclent complètement. Dès lors, l’on voit des comportements étranges pour certaines valeurs sans réel intérêt, dont on voit pourtant le cours exploser à la hausse en un laps de temps très bref, pour la simple raison qu’elles sont liquides. De nombreux produits dérivés ont ainsi vus le jour ces dernières années, des instruments financiers d’une complexité inouïe, et qui n’auraient jamais dû voir le jour sont structurés, achetés et fortement demandés, parce que traités en bourse et donc considérés à tort comme liquides. Désormais on les retrouve sur le marché des ETF (exchange Traded funds) investis dans des Junk bonds, des Levered Loans, du direct lending, ou même du Private equity, qui mettent en avant le fait qu’ils peuvent être négociés instantanément, alors que les sous-jacents ne le sont pas. Ou encore des fonds UCITS qui offrent une liquidité quotidienne ou hebdomadaire alors que leurs investissements sont moins liquides.

Assèchement de la Liquidité : les leçons de 2008 si vite oubliées

La LiquiditéLes leçons de la crise de 2008 semblent avoir été bien vite oubliées. Les traders et investisseurs expérimentés savent que la liquidité est une arlésienne. Abondante et visible lorsque tout est au beau fixe, en revanche quand on en le plus besoin elle disparait et demeure introuvable quand elle devient vraiment nécessaire. En 2008, certains ont réalisé avec stupéfaction que la liquidité « officielle » de leurs investissements n’avait pas grand-chose à voir avec leur liquidité effective. Pour preuve même en 2015 soit 7 ans après l’épisode de 2008, de nombreux investisseurs détiennent encore dans leurs portefeuilles des « invendables » des créances complètement pourris dans leurs portefeuilles, alors que ceux-ci étaient soi-disant très liquides. Et pourtant, ce sont souvent ces mêmes investisseurs qui se pressent à nouveau pour acheter des actifs dits liquides. On ne peut que s’étonner quand on voit que les vendeurs sont souvent les mêmes que ceux d’avant 2008…

Lorsque la confiance dans le marché disparait, la liquidité s’évapore

À notre avis, un grand nombre de ces produits dits liquides sont de véritables bombes à retardement, des armes de destruction massives de capital financier. Que dire de l’inconséquence de nombre de gérants affirmant qu’ils sont capables par exemple de liquider telle grosse position « en utilisant 25% du volume traité quotidiennement, en seulement trois jours. Un calcul certes pas vraiment faux, voire proche de la réalité, mais valable dans des conditions de marchés normales, c’est-à-dire basé sur un volume moyen avec des acheteurs et des vendeurs. Le jour où les doutes commencent et que la confiance s’érode, il n’y aura plus que des vendeurs, le volume traité chutera dramatiquement, ainsi que les prix. Sans oublier que la liquidité varie souvent en fonction d’un paramètre supplémentaire, la taille de la position à liquider. Bien sûr, pour l’investisseur individuel, la taille n’est souvent pas un souci, mais elle le devient si tous les investisseurs individuels détiennent le même type de positions et commencent à changer d’avis en même temps. C’est exactement ce qui s’est passé en 2008, et c’est ce qui pourrait bien arriver à nouveau à la prochaine crise.

Conclusion

Pour éviter les problèmes de liquidité, il n’y a pas 36 solutions. Tout d’abord que lorsque vous investissez dans un actif, vous devez avoir fait une analyse complète, et être prêt à le détenir pendant une longue période si besoin est. Tout en sachant que si vous ne souhaitez détenir un actif que pendant un très court laps de temps, cela ne s’appelle plus de l’investissement, mais du Day trading ou du scalping. Et à ce jeu-là, les petits poissons se font régulièrement manger par les grands.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *