La dette de l’UMP peut-elle fragiliser à terme les finances publiques de la France

570 vues 5 Commentaires

imagesAu premier trimestre de l’année 2014, la dette publique s’élevait à 1 985,9 Md€ soit une hausse de 45,5 Md€ par rapport au dernier trimestre de 2013. La dette Française représenterait plus de 93,6% du PIB. Ces chiffres montrent l’importance et la progression croissante de cette dette. Par ailleurs, la dette colossale de l’UMP peut aussi contribuer à dégrader de plus en plus ce climat déjà défavorable. Aujourd’hui estimée à 80 millions d’euro, la dette de l’UMP est un sérieux coup de canif contre la réduction du déficit budgétaire. Les dirigeants du parti qui ont aussi participé à la gestion du pays pendant quinze bonnes années n’ont pas manqué de creuser encore plus profond le fossé de la dette publique. Une situation inquiétante d’autant plus que la France s’est engagée à réduire son déficit budgétaire à 3% à l’horizon 2015. Ce qui reste très incertain malgré la politique de rigueur qui est en train d’être menée par le gouvernement de Hollande. Alors quelle est l’ampleur de cette dette de l’UMP ? Qu’en est-il de son impact sur les finances publiques ? C’est ce que je vous propose de découvrir dans cet article.

Une dette de plus en plus conséquente.

20120908_LDP002_0En effet, depuis sa création en 2002, l’UMP traine une importante dette. Une dette héritée du RPR qui était alors de 30 millions d’euros.  Aujourd’hui, cette dette a explosée pour atteindre la barre des 80 millions d’euros selon François Fillon ancien premier ministre et dirigeant à l’UMP. Pour Fillon, la dette a été accentuée par les dépenses de communications et de fonctionnements du parti. En effet, c’est en 2007 date d’accession au pouvoir de Nicolas Sarkozy que la dette a littéralement augmentée. Pour les dirigeants de l’UMP, l’acquisition du parti de son siège dans le 15 éme arrondissement estimé à 40 millions d’euros en est aussi une cause réelle. Une grosse opération qui a augmenté la dette du parti. Mais pour d’autres la dette de l’UMP est le résultat du train de vie de la famille Copé et de certains dirigeants. Quoi qu’il en soit l’UMP est dans une situation inconfortable et doit par tous les moyens y remédier. C’est dans cette lancée qu’Alain jupé affirme que l’UMP s’engage à assainir ses comptes et à réduire cette dette d’ici 2017 à hauteur de 55 millions d’euros. Une solution plus que nécessaire pour que le parti puisse se présenter aux prochaines élections.

Pourquoi la dette de l’UMP est-elle aussi… by rtl-fr

La dette de l’UMP une épine dans les bottes de la finance publique

e8a4c52e-15f1-4952-82f6-53710c73bde9.imgLa finance publique de l’hexagone est dans une mauvaise passe et tente par tous les moyens de s’en sortir. En effet, le pays en signant le traité de Maastricht du 7 février 1992 avait pris l’engagement de réduire au minimum son déficit budgétaire. Ce qui n’est malheureusement pas respecté car la France accumule de plus en plus de dette. En plus de cette difficulté, les partis politiques comme l’UMP sont de plus en plus endettés. Une situation qui n’est pas nouvelle mais qui est actuellement au point d’exploser avec cette dette de 80 millions d’euros que l’UMP compterait dans son bilan. Cette dette qui fait l’objet de tous les débats aura sans nul doute des répercussions négatives sur l’assainissement de la finance publique engagé par l’hexagone. Ainsi, il est aisé de constater que cette intention de la France de respecter les engagements de Maastricht est sérieusement menacée par cette situation. Et ceci bien que les dirigeants persistent à dire que le pays réduira comme convenu son déficit budgétaire à 3%. C’est dire que l’UMP peut être un obstacle à la réalisation des attentes de Bruxelles. Tout de même, il est intéressant de noter tout l’engagement du gouvernent de Hollande à faire de son possible pour donner un souffle nouveau a la fiance publique. C’est aussi l’intention des dirigeants de l’UMP qui veulent changer de façon de faire et réduire au minimum les dépenses pour que le parti ne sombre pas dans cette marre de dette. Alors l’espoir est permis même si techniquement l’exploit sera difficile à réaliser. Cependant, il est important de noter que cette démarche peut tout de même étouffer l’économie et ralentir ainsi cette croissance peu dynamique. C’est dire que c’est un vrai dilemme que de réduire considérablement la dette publique tout en favorisant le développement de l’activité économique et de la croissance.

Conclusion

Le montant astronomique de la dette de l’UMP va contribuer certainement à dégrader de plus en plus la finance publique qui est asphyxié par une montagne de dettes.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

RELATED ITEMS
5 Comments
  1. willy

    29 juillet 2014 at 12 h 16 min

    La situation de l’Argentine à 24 heures d’un défaut de paiement, devrait nous faire réfléchir sur le montant de la dette souveraine Française, et par extension au niveau de vie des partis politiques….

  2. Cyril

    29 juillet 2014 at 12 h 29 min

    Je ne pense pas que la France puisse atteindre l’équilibre budgétaire et encore moins rembourser sa dette. Les partisans de l’UMP doivent être écœurés après avoir renfloué les déficits de campagne via le Sarkothon, pour finalement apprendre que l’affaire Bygmalion révèle l’existence d’un mal plus profond qui semble toucher toute la classe politique française

  3. Dylan

    29 juillet 2014 at 13 h 09 min

    Nouvel épisode qui vient s’ajouter à la gabegie de l’UMP, les frais de déplacement de François Fillon, les billets d’avion de Mme Coppé, les vacances à Center Parcs de Xavier Bertrand, le salaire de Geoffroy Didier, les factures de téléphone de Rachida Dati, comment ces politiques peuvent gérer correctement la France, alors qu’ils ont ruiné leur propre parti tout en demandant au citoyen de supporter les mesures d’austérité

  4. yohan

    30 juillet 2014 at 9 h 57 min

    Difficile de croire encore à la démocratie, lorsque l’on voit ce qui est fait de nos impôts, l’affaire UMP en devient risible. que dire de nos décisions par référendum, le non à l’Europe l’avait pourtant emporté, il n’empêche que l’Europe est en marche, la machine n’est pas prête de s’arrêter pour notre plus grand malheur puisque le chômage ne cesse d’augmenter en même temps que la dette, pauvre France

  5. Franck

    11 août 2014 at 19 h 29 min

    Pour couronner le tout on apprend que le retour de Sarkozy se précise, un secret de polichinelle. Qui n’augure rien de bon pour le redressement de la France, lorsque l’on voit de quelle manière ont été gérés les comptes de campagnes de l’UMP. Avec plus de 2000 milliards d’euro de dette pour la France et un déficit qui file tout droit vers les +4%, c’est un vrai miracle qu’on emprunte sur les marchés a un taux si bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *