Hausse record des indices européens de 10% en un mois, une nouvelle bulle ?

492 vues Laisser un commentaire

bourse de ParisNous sommes témoins de quelque chose d’absolument extraordinaire sur les places boursières européennes qui ont vu en moins d’un mois (réalisé à 80 % en l’espace de neuf séances), les principaux indices s’envoler de plus 10 % en l’espace de 30 jours. Comme tout investisseur honnête, faisant correctement ses devoirs, nul besoin d’être un stratège d’une grande banque d’affaires pour comprendre que les valorisations boursières sont élevées. Ainsi le CAC 40 se paye cher, très cher, pour prendre la mesure de cette hausse il faut mettre en perspective la valorisation du CAC40 GR (CAC Global Return), c’est-à-dire dividendes réinvestis. C’est dans ce contexte particulier de fortes liquidités inondant les marchés grâce au Q.E de la banque centrale européenne, que je vous propose cet article tentant de répondre à la question : Hausse record des indices européens de 10% en un mois, une nouvelle bulle ? Aujourd’hui tout le monde s’accorde à reconnaître, que les marchés boursiers sont à des sommets ayant pour la plupart d’entre dépassé les niveaux atteints avant la crise de 2008. C’est donc dans ce marché bien valoriser, et les stratèges tentent de déterminer si les entreprises ont les ressources pour améliorer leur chiffre d’affaires, mais aussi leurs profits, et ainsi atteindre les objectifs fixés par le consensus. Un système qui fait dire à certains que cette flambée des indices européens et dus aux investisseurs américains souhaitant diversifier leur portefeuille, les indices américains étant eux aussi très fortement valorisés, d’autant plus que la progression des profits s’est fait ces derniers 18 mois sur des programmes de rachat de titres, et le versement de dividendes en constante progression.


Les records de l’indice Dax 30 de Francfort et du CAC 40 de Paris à la loupe

bourse-de-francfort1Pour mesurer l’ampleur de la hausse depuis l’été 2007, je vous propose de mettre dos à dos la progression des deux principales bases boursières européennes, c’est-à-dire Francfort et Paris avec leurs deux indices de référence respectivement le Dax 30 et le CAC 40. Le CAC 40 a largement progressé durant le mois de janvier 2015, comme toutes les bourses aux européennes qui ont réagies favorablement à l’annonce de Mario Draghi, le gouverneur de la banque centrale européenne pour un Quantitative Easing, d’un montant de 1140 milliards de dollars dans les prochains 18 mois. Vu les modes de calcul de ces deux indices, le Dax 30 étant calculés dividendes réinvestis, il faut alors le comparer avec le CAC 40 GR (Global Return), lui aussi calculé dividendes réinvestis. Le CAC 40 Global Return vient d’aligner une série de nouveaux records historiques, après le franchissement des 10 650 pts, un record datant de juillet 2007. Désormais, depuis le début de la semaine, le 10 février 2015 pour être précis, le CAC 40 GR n’est plus qu’à quelques encablures du niveau psychologique des 11 000 points. Les performances de cet indice en six ans aura été de + 240 %. À la bourse de Francfort le Dax 30 est dans la même configuration en passant de 10 060 à 10 985 pts. Le DAX 30, bat lui aussi des records puisqu’il aura vu depuis 2007 multiplier sa valorisation par 3.

Le stock picking pour exploiter un CAC40 sans valeurs « bon marché »

Stock-Picking-ServiceUn investisseur pour constituer un portefeuille rentable dans ce type de marché, devra comme le font et le recommandent de nombreux gérants de fonds d’investissement détenir les actions ayant une gestion impeccable, avec une réelle visibilité, des contrats récurrents et du Pricing Power. Par exemple des actions Essilor, Orpéa, Air Liquide, BIC. Pour obtenir du rendement, il sera indispensable de détenir des valeurs technologiques, donc des opérateurs télécom comme Orange, Numéricâble SFR, Iliad/Free. Mais aussi, des valeurs immobilières comme des foncières comme Nexity offrant de généreux dividendes. À fin de tirer parti de la dépréciation de la monnaie unique européenne par rapport au dollar américain, il faudra absolument détenir des valeurs exportatrices, des actions du secteur du luxe, cinq et spiritueux, ou des équipementiers automobiles comme Ingenico. Enfin pour finir investir dans une optique d’anticipation du rebond des valeurs impliquées dans les « services aux collectivités » (Veolia, Suez Environnement, GDF-Suez…).

Conclusion

Dans un marché aussi fortement valorisé, il est difficile pour un investisseur particulier de faire les bons choix, si celui-ci n’est pas un adepte de la réplication indicielle, comme la majorité des gérants de fonds d’investissement. Pour autant une analyse honnête est possible pour se positionner afin de profiter de la hausse des marchés, à condition toutefois de se former aux mécanismes du trading sur la bourse binaire.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *