Différences entre monnaie fiduciaire et monnaie scripturale

7488 vues 4 Commentaires

monnaie fiduciaire et monnaie scripturale Je vous propose dans cet article intitulé les différences entre monnaie fiduciaire et monnaie scripturale, de mieux comprendre ce qu’est la monnaie fiduciaire c’est-à-dire Monnaie à Cours Légal, (MCL), les espèces, le vrai cash. Ce que les anglais appellent le « Legal Tender Money » (LTM) et la monnaie scripturale ou Monnaie Crédit. On devrait normalement appeler monnaie scripturale « credit money pour les anglo-saxons » les sommes déposées en banque, ce serait plus précis. En effet, le solde de nos comptes bancaires n’est pas de la vraie Monnaie, de même que nous n’avons pas de dépôts, les montants « déposés » ne nous appartiennent pas. En revanche les banques utilisent ces dépôts comme réserves fractionnelles pour vendre du crédit, et comme collatéral pour spéculer sur les marchés financiers Tout ce que l’on possède en réalité, ce sont des créances. Les virements et prélèvement ne sont que des créances que l’on déplace d’une banque à une autre. Le système bancaire et les politiques aimerait surement faire en sorte que ces créances n’aient aucune possibilité de rechercher leur contre-valeur en vraie monnaie, au cours légal.

Des monnaies de différentes qualités

monnaie cours legalTout le système repose sur la confiance, en la croyance qu’au final quelqu’un honorera la créance avec de la vraie monnaie dont le cours et la valeur légale sont garantis, pour que la dette émise soit soldée. Avant, 1973 et les accords de Bretton Woods c’était l’or, maintenant ce sont les Réserves d’espèces et d’or détenues auprès des Banques Centrales. Après la mise à mort de l’étalon or comme recours ultime pour ancrer les devises, désormais les grandes institutions financières souhaitent apparemment donner ce rôle à la monnaie scripturale, la « credit money, » la monnaie « digit », la « monnaie bancaire ». Or le crédit n’est pas une vraie monnaie à proprement parler, et n’a certainement pas la même qualité que la monnaie à cours légal, c’est jusqu’à son remboursement une simple entrée dans un livre comptable. Qui peut être transférée en quelques nanosecondes dans un autre livre comptable, grâce à la financiarisation et aux bonds technologiques, dans l’électronique, l’informatique, et la communication. Toujours est-il que le crédit en dernier ressort ne reste qu’une promesse de payer de la monnaie MCL.

De la Monnaie à cours légal vers la Monnaie Crédit

credit-money monnaie scripturaleMalheureusement le public oublie bien trop souvent que les dettes des banques au profit de leurs déposants n’est pas de la vraie monnaie, la tentation est grande pour que la credit money acquière le même statut que la monnaie cours légal, ainsi les déposants se verraient dénuer de la capacité de retirer « leurs fonds ». La chose monétaire est complexe, et personne n’étudie à l’école réellement la nature de l’argent. Peu hormis les professionnels et les investisseurs en fonds propres, ou traders savent qu’un crédit dans un livre bancaire n’est qu’une promesse de payer à demande et à tout moment de la MCL, de la Monnaie à Cours Légal. Pour remédier à cette confusion parfois entretenue, il serait bien plus sain de cesser d’appeler la monnaie scripturale, monnaie, parce que ce n’en n’est pas réellement et légalement parlant elle n’est pas aussi garantie que la monnaie fiduciaire. La monnaie bancaire, ou credit money n’est garantie que jusqu’à un certain montant, au-delà les pertes sont pour le déposant, comme on a pu le voir à Chypre. En Europe, les comptes bancaires sont garantis à hauteur de 100.000 euros. Aux USA, la garantie bancaire est de 250.000 dollars.

La contraction du Global Saving Glut alimente la remise à niveau des marchés

global saving glutTous les dépôts bancaires de la planète constituent ce que Ben Bernanke président de la FED nomme le Global Saving Glut, et celui-ci est en phase de recyclage et se contracte puisque ce sont 400 milliards qui sont sortis du marché obligataire. C’est du vrai argent issue de l’épargne mondiale, de la Monnaie à Cours Légal de meilleure qualité, pas de la monnaie scripturale, de la « credit money, » la monnaie « digit », la « monnaie bancaire ». En effet, les indicateurs économiques pointent vers un éloignement des risques déflationnistes, comme semble le confirmer la récente hausse des taux d’intérêts souverains. La tendance est à la réduction des capitaux disponibles sur le marché mondial pour soutenir les fonds d’États. Les réserves des Banques Centrales ont diminué de 400 milliards en quelques mois. Des fonctionnaires de la BCE, estiment pour leur part que la hausse des taux est due « au raffermissement de la croissance et au renversement des anticipations concernant l’inflation », c’est-à-dire à la fin du spectre de la déflation.

Conclusion

Bien comprendre les différences entre monnaies fiduciaires et scripturales est primordial pour un investisseur. Afin de mesurer les risques et le rôle que peut prendre l’épargne mondiale, donc les dépôts bancaires, assurances vies, système de retraite. Et ce d’autant plus que les marchés actions obligataires, et l’économie mondiale montre des signes de faiblesses, alors que se profile à l’horizon une hausse des taux de la FED pour septembre 2015.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

4 Comments
  1. florian

    10 juin 2015 at 15 h 39 min

    Merci pour ce billet, c’est le cas de le dire sur 😉 les diffèrences entre monaie srcipturale et cours légal méritent vraiment d’être soulignées

  2. Greg

    10 juin 2015 at 16 h 02 min

    on pourrait aussi rajouter la monnaie banque centrale bien que cela de la monnaie MCL, sauf qu’elle ne sort jamais du circuit financier.

  3. Sovanna Sek

    11 juin 2015 at 14 h 07 min

    Bonjour Julie,

    Si je résume bien ton article même si ce n’est pas une surprise pour moi, la monnaie d’aujourd’hui est un passif.

    Pour avoir le cœur net, il suffit de voir l’endettement faramineux des États occidentaux.

    Cordialement.

  4. Dano

    1 juillet 2016 at 14 h 06 min

    Bonjour et bravo pour cet abstract qui explique clairement la différence entre la  » monnaie fiduciaire et scripturale »
    on comprend bien que les dépôts bancaires sont en fait un passif sur les créances . Effectivement on voit bien venir les spoliations par les banques françaises en défaut (mêmes possibilités de confisquer les avoirs des déposants qu’à Chypre dès le 1er euro . Et évolution vers big brother et !! Contrôle de la consommation par les banques .welcome to our marvellous WorldTour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *