Le cours du CAC 40 reflète-t-il l’économie française ?

640 vues 5 Commentaires

cac40En complément de mon billet de la semaine dernière sur Les tendances des cours de bourse pour la fin d’année 2014, dans cet article je vais m’interroger au marché boursier Français en me posant la question : Le cours du CAC 40 reflète-t-il l’économie française ? En effet alors que certains poids lourds de la cote traversent quelques turbulences, tout d’abord Air France, secouée par le mouvement social conduit par son personnel navigant. Total, plus grosse capitalisation du CAC40, touché par une surcapacité de ses raffineries. Autant d’éléments qui devraient peser sur leurs cours, au moment où l’on apprend que la note souveraine de la France ne sera pas dégradée par l’agence de notation Moody ‘s. Dès lors pour tout investisseur, il est légitime de se demander si le rebond de l’indice phare de la Bourse de Paris offre toujours un bon potentiel de croissance et si ses niveaux actuels sont fidèles à la santé de l’économie Française.

L’euro fort impacte l’économie Française

moodyPlusieurs raisons peuvent expliquer la bonne santé de l’euro, dont le niveau a des effets différents sur des pays économiquement et politiquement disparates. Tout d’abord deux effets qui sont liés, la politique de la BCE, visant à sauver l’euro coute que coute, suite à la crise de la dette souveraine en Europe. Mais aussi par les effets produits, lorsque l’on réunit des pays à des niveaux de compétitivité différents au sein d’une même monnaie et d’un espace économique commun, ces pays ont besoin de différents taux de change. Ainsi l’économie de la France se porterait bien mieux avec un taux de change EUR/USD inférieur à 1,24 un seuil de douleur comme s’accordent de nombreux experts, pour l’Italie celui-ci est de 1,20, tandis que l’Allemagne supporterait sans mal un taux de change de 1,75. Un seuil au-delà duquel les exportations sont pénalisées, une monnaie forte grevant les efforts de compétitivité. On peut donc espérer que les récentes baisses du cross eurodollar donnent un coup de pouce à la France, même si celui-ci est toujours au-dessus du niveau critique.

Nicolas Doze: Vers une dégradation de la note… par BFMBUSINESS

Total une stratégie de transformation prometteuse

Total-LogoL’industrie pétrolière est particulièrement sensible à la vigueur du dollar américain, le prix du baril de pétrole étant libellé en dollar, il exerce à son tour une forte pression sur les autres matières premières, notamment l’argent-métal et l’or. La baisse du baril de pétrole pourrait donc s’accentuer si le dollar US continuait son ascension, de nombreux experts soulignent que cette baisse du pétrole pourrait transpercer le plancher de 72$ le baril. Un tel niveau mettrait vraiment la pression sur les grandes pétrolières. Dans un marché chahuté, le N°1 de la cote en termes de capitalisation doit revoir sa stratégie, ainsi ce lundi le géant pétrolier a annoncé un plan de réduction de couts et des investissements. L’objectif est de se préparer à une baisse de croissance de sa production pour 2016 et 2017. Prévu d’abord à 2.6 millions de barils par jour, corrigé à 2.3 désormais. Les économies porteront aussi sur les investissements avec des économies de 26 milliards par an. Toutes ces données me laissent à croire que le titre Total si cette baisse se confirmait offrirait une belle opportunité, malgré le décalage entre ses cours et la réalité économique.

Le cas Air France-KLM, entre réalité économique et sociale

logo-air-franceAir France reste une énigme, même si de nombreux indices permettent de comprendre son comportement sur les marchés. En effet le titre reste orienté à la hausse à moyen terme, bien que la grève qui empêche la compagnie de fonctionner correctement fait chuter le cours ces derniers jours. Les investisseurs sanctionnent ce mouvement d’humeur du personnel navigant, craignant pour leur statut et salaire via la compagnie Transavia la division Low-Cost d’Air France. Les déclarations de l’exécutif actionnaire à 16%, n’y font rien, le mouvement de grève se poursuit. Un paradoxe flagrant de déconnexion entre les marchés et l’économie réelle. Les investisseurs savent qu’ils disposent d’une assurance tout-risques avec la participation au capital de la compagnie aérienne de l’état Français. Les sauvetages ont déjà été nombreux, et les réformes difficiles, pour autant le marché du Low cost est en pleine expansion et le projet Transavia devrait permettre de dégager de nouveaux marchés. Dès lors cette période de baisse pour des facteurs exogène à l’économie offre une belle opportunité de se placer sur ce titre qui dispose de réels débouchées sur les marchés, mais aussi du soutien sans faille de l’État.

Conclusion

Comme nous venons de le voir dans cet article, les marchés boursiers entrent dans un nouveau paradigme, avec une déconnexion partielle de l’économie mondiale et des marchés boursiers. Avec ses deux exemples emblématiques de l’indice phare de la Bourse de Paris, les valeurs du CAC 40 peuvent s’affranchir de la morosité de l’économie Française à des niveaux de croissance atteignant difficilement les 0.5%

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

RELATED ITEMS
5 Comments
  1. Jerome

    24 septembre 2014 at 15 h 18 min

    Je suis d’accord avec vous le CAC 40 ne reflète pas vraiment la santé économique de la France, pour la simple et bonne raison que ce sont plutôt les PME, TPI et TPE qui constituent le tissu économique Français, dès lors ceci explique la décorrélation entre performances du CAC et morosité économique en France.

  2. horace

    24 septembre 2014 at 15 h 22 min

    Les exemples choisis sont parlants, bien que les turbulences qu’Air France traverse en ce moment montre la difficulté de réformer le pays, en attendant ce sont 20 millions d’Euros perdus chaque jour, idem pour Total qui se voit obligé de réduire ses investissement, on ne m’enlèvera pas l’idée que le refus de prospecter les pétroles non conventionnels et gaz de schistes n’y est pas pour quelque chose.

  3. norbert

    24 septembre 2014 at 15 h 25 min

    Tant que les banques centrales continuerons avec leurs politiques non conventionnelles, le décalage entre les marchés boursiers et la vraie’économie ira croissant, J’ai bien peur que la reconnexion entre marchés et économie réelle risque de faire des dégâts. Aucune impression monétaire dans l’histoire ne s’est soldé autrement que par un échec.

  4. Insider

    24 septembre 2014 at 15 h 32 min

    Nous sommes a des niveaux excessivement hauts, dès lors les risques sont considérables. Seule solution l’injection de liquidité et taux bas voir négatifs, ce qui tue le rendement obligataire. La seule option possible pour le rendement reste le marché option, qui à mon sens continuera a monter tant que les banquiers centraux imprimeront de la drogue monétaire, prudence car au moindre grain de sable la belle machine haussière pourrait tomber en panne

  5. François

    24 septembre 2014 at 15 h 46 min

    La bonne tenue des géants de la cote CAC 40 doit normalement se refléter sur la santé économique des sous traitants donc des PME françaises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *