Un compte offshore pour trader plus facilement ?

2266 vues 11 Commentaires

urlTous les sites de trading propose en général des facilités fiscales qui peuvent intéresser tous les investisseurs. Vous pouvez voir le comparatif détaillé de ce genre d’options dans notre tableau ici.

Le trader, tout comme les autres acteurs de la société, n’échappe pas aux contrôles de l’Etat. Ainsi il est appelé à céder une part de ses revenus chaque année sous forme de taxes et impôts. Il subit même parfois de lourdes ponctions qui ne manquent pas souvent de le pénaliser. Le montant, de ces taxes et impôts prélevés par l’État, varie d’un pays à un autre. Aussi en fonction de votre pays de résidence et du pays où vous établissez votre compte de trading, vous pouvez payer ou ne pas payer de taxes. Si les normes en vigueur dans un pays lui sont plus favorables que celles qui existent dans son propre pays, le spéculateur peut y ouvrir un compte. Mais avant d’effectuer toute forme de transaction il devra au préalable s’informer et déclarer son compte dans son pays d’origine. Dans un pays comme la France, par exemple, où le régime fiscal est de plus en plus pénible surtout pour les particuliers, le spéculateur a tout intérêt à ouvrir un compte autre part. Ainsi il déclare chaque année son plus-value et moins-value à l’administration fiscale.

Compte à l’étranger : choix du pays et procédures à suivre.


086_fraude_fiscale1Il existe des paradis fiscaux aussi bien en Europe qu’hors de l’Europe. Pour se soustraire à la lourde fiscalité vous devez choisir une bonne destination. Par exemple des pays limitrophes et qui ont la même culture bancaire que le vôtre. Un Français peut par exemple choisir Saint Barthélémy, Saint Martin, la Polynésie française ou Chypre. La Suisse est aussi un pays qui offre d’énormes potentiels aux spéculateurs. En Espagne il est possible d’ouvrir un compte sans aucuns frais de gestion. En Belgique les revenus ne sont même pas imposés. Le Luxembourg, ou le Royaume Unis sont aussi des endroits privilégiés des investisseurs. L’Ile Maurice, grâce à un accès simple, offre aux traders un moyen de se soustraire à l’infernale imposition qui existe en France. Les États-Unis attirent les spéculateurs du fait qu’ils respectent le secret bancaire. Avec un compte de trading à l’étranger, le spéculateur dispose d’un statut particulier. Il est considéré comme faisant des opérations sur options. Un régime différent s’applique alors à lui. Toutes les plus-values sont taxées à la hauteur du taux marginal d’imposition sur les revenus auquel il faut additionner les cotisations sociales. Quant aux moins-values, elles sont reportables sur seulement 6 ans. Il devra obligatoirement déclarer son nouveau compte à l’administration fiscale, sinon il encourt une amende pouvant aller de 1500 euros par compte à 10 000 euros, surtout lorsque le compte se trouve dans un pays qui n’a pas d’accord avec la France.

Ce qu’il faut savoir lorsqu’on veut ouvrir un compte à étranger.

5981364979075Il est facile d’ouvrir un compte n’importe où dans le monde. Mais il faut éviter d’oublier de le déclarer aux impôts ou cacher ses opérations. Lorsqu’on ouvre un compte à l’étranger il ne faut pas chercher à tromper le fisc. Si vous le faites, vous vous exposez inutilement à des ennuis judiciaires qui sont soit des sanctions financières ou des sanctions pénales allant jusqu’à 7 ans de prison. En France depuis que la loi de lutte contre la fraude fiscale, a été votée en 2013 par l’Assemblée, le contrevenant risque de lourdes peines, s’il est décelé. Ces sanctions poursuivent les héritiers du fraudeur dans le cas où il décède. En outre beaucoup d’accords et conventions ont été mis en place entre les pays de l’Union Européenne. La Lettonie et la Lituanie, par exemple, signalent automatiquement les comptes créés par des ressortissants Français dans leurs territoires. De surcroit dans certains pays comme la Suisse les procédures d’ouverture d’un compte sont compliqués. On est obligé, dans ce pays de prouver au fisc français qu’on y passe 183 jours par an. Par ailleurs les comptes bancaires non-résidents peuvent avoir des frais de gestion plus élevés que les comptes résidents.

Qu’est-ce qu’un compte offshore ? par LEXPRESS

Conclusion

En bourse, un investisseur est confronté à une multitude de risques. Avec la mondialisation de l’économie plus d’un investisseur doit prendre en compte les multiples facteurs qui le lient. Vous êtes trader je vous recommande donc de profiter des paradis fiscaux, tout en veillant au respect des normes établies dans votre propre pays. Si vous ouvrez un compte à l’étranger, signalez-le via un formulaire au fisc. Le respect des obligations fiscales de son pays de résidence est primordial si on veut réussir à décupler ses gains et les garder.  Les comptes ouverts à l’étranger devront tous être déclarés à l’administration fiscale.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

11 Comments
  1. Nicolas

    21 mai 2014 at 11 h 48 min

    les comptes offshore sont très intéressants surtout pour le particulier qui a envie de garder ses fonds dans des paradis fiscaux car c’est ça d’ailleurs l’importance de ces comptes.

    • Julie

      21 mai 2014 at 13 h 42 min

      Oui mais attention aux risques nous ne recommandons absolument pas de rester dans une « zone grise » et d’être parfaitement clair avec le fisc français

  2. Jean

    21 mai 2014 at 15 h 33 min

    Effectivement il est important de savoir comment profiter des paradis fiscaux mais d’être aussi en règle avec le fisc français.A mon avis c’est possible il suffit de ne pas être trop gourmand …

  3. Michel

    21 mai 2014 at 15 h 40 min

    Très intéressant article car le problème des fraudes fiscale vient justement du fait de ne pas signaler touts ses comptes au fisc. c’est un phénomène de plus en graves car chaque jours on voit des gens condamné pour fraude fiscal.

  4. Mark

    21 mai 2014 at 15 h 43 min

    Moi personnellement je suis pas contre pour sortir son patrimoine du territoire français.car il y’a beaucoup de taxes et impôts qui finiront par vous ruiner.

  5. Claude

    21 mai 2014 at 15 h 48 min

    franchement parlé, moi je suis tout à fait pour la transparence.A quoi bon de cacher son patrimoine si ce n’est de l’argent sale. Alors l’État doit veiller a cette transparence et punir sévèrement les fraudeurs.

  6. Emanuel

    21 mai 2014 at 17 h 02 min

    Merci pour vos conseils Julie, ils sont très constructifs. Je pense qu’avoir un compte à l’étranger est plus avantageux pour le trading.

  7. Jules

    21 mai 2014 at 17 h 05 min

    Merci de nous avoir prévenus Julie. Je ne savait pas que l’on court d’aussi gros risques avec un compte offshore non déclaré !

  8. Charles

    21 mai 2014 at 17 h 07 min

    Aux Royaume Uni, j’ai entendu parler des iles vierges, qui semble-t-elles sont très appréciées des traders. Je vous conseille d’y ouvrir un compte pour améliorer la fiscalité sur vos bénéfices.

  9. Vincent

    29 juillet 2014 at 5 h 59 min

    Merci pour cet article très intéressant. Pour ne pas avoir d’ennuis, il vaudra mieux commencer en règle avec l’administration fiscale.

  10. rikney

    11 août 2014 at 0 h 57 min

    L’article ne dit pas quel est exactement l’avantage fiscal issu de l’ouverture d’un compte offshore par rapport a la déclaration des plus-values boursières en France. Logiquement si on déclare le compte offshore, le fisc va vous taxer normalement (c’est a dire TRÈS fortement: barème progressif des sur le revenu + 15,5 CSG et GRDS !!). Ou est donc l’intérêt ?
    Merci de me répondre si vous vous y connaissez bien 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *