comprendre et interpréter les volumes de transactions

1050 vues 2 Commentaires

Pour trader plus efficacement, les investisseurs ont aujourd’hui une large panoplie d’outils d’analyse graphique, en s’appuyant notamment sur les indicateurs techniques. Pour autant, afin de mettre en place des stratégies de trading plus fines, il est indispensable de prendre en compte les volumes de transactions. Les volumes comme son nom l’indique est le nombre total de titres échangés pendant une unité de temps (UT), ce peut être par exemple la journée de trading entière, une minute ou cinq minutes ou quelques heures. L’étude des volumes peut se révélée très précieuse. Les volumes sont un excellent moyen de se renseigner sur la situation du marché. Puisqu’ils fournissent de précieuses informations par exemple sur la solidité d’une résistance, d’un support, d’une tendance, tout simplement afin de vérifier la validité d’une figure de chartisme. Les volumes peuvent être représentés de différentes façons en fonction des graphiques de cotations, ainsi les traits verticaux en dessous des cours est le mode de représentation le plus couramment utilisé, ils peuvent aussi être représentés par niveau de prix, ce qui permet d’offrir une lecture plus facile des supports et résistances. Enfin, sachez qu’il est possible sur certains graphiques de chandeliers japonais d’avoir simultanément une représentation graphique des volumes. Ainsi dans cet article intitulé comprendre et interpréter les volumes de transactions, vous apprendrez que les volumes donnent pour qui sait les lire d’excellentes indications quant à la situation du marché et quant à l’appétit du risque des acteurs sur le marché.

Interpréter les volumes dans une tendance haussière :

TOTALprix par niveauUne modification des volumes peut être un indicateur avancé d’un changement de situation sur le marché, le fameux retournement de tendance. Les volumes sont d’une importance capitale, car une bonne lecture une bonne compréhension permet souvent à l’investisseur de mieux anticiper une probable rupture de supports ou la cassure imminente de résistances, ou même d’identifier les phases de distribution ou d’accumulation du marché. Ainsi, de gros volumes sur des niveaux de prix élevé après un rallye haussier peut être le signe qu’un top (sommet) a été atteint. C’est la raison pour laquelle les traders aguerris disent que les résistances sont toujours franchies grâce à des volumes. Toutefois, dans le cas de valeur très haussière, des plus hauts peuvent se succéder sans augmentation proportionnelle des volumes. En effet, il se peut qu’il y ait très peu de titre à la vente. En effet, puisque l’on sait qu’une tendance haussière saine se construit grâce à une succession de plus hauts, tandis que les plus bas sont eux aussi de plus en plus hauts. À l’inverse lorsque les prix montent, alors que les volumes sont faibles, le rallye ou la hausse mais soutenue que par un nombre restreint d’acheteur, vulnérables face à la masse potentielle de vendeurs, les volumes peuvent toutefois être en constante augmentation validant progressivement l’appétit pour le titre. Une forte élévation ininterrompue des cours associée à une augmentation comparable des volumes doit faire sonner l’alarme, car cela veut dire que tout le monde est positionné dans le même sens, que tout le monde a acheté, il ne reste plus personne pour entretenir la tendance haussière et désormais le marché est à la merci des vendeurs, ce qui peut conduire à des trous d’air ce que l’on appelle dans le jargon des gaps, une chute brutale.

Interpréter les volumes dans une tendance baissière

GINGERfichevolume2Les volumes dans une tendance baissière s’interprètent de façon différente, dont la principale est qu’à l’inverse d’une tendance à la hausse, il n’est pas nécessaire que les volumes soient fournis pour attester d’une baisse des cours. C’est la raison pour laquelle, l’on peut casser un support et celui-ci peut être validé, sans pour autant que cela soit associé à de forts volumes, en effet vu la faiblesse des mains acheteuse, les cours ne peuvent pas être supportés. Toutefois, dans la majorité des cas les cassures de support se produisent dans des volumes élevés particulièrement lorsque l’on assiste à une véritable panique baissière. L’augmentation de la volatilité accompagne alors généralement le mouvement.

Conclusion

620x349Il existe de nombreux indicateurs permettant de mettre en relation les volumes et les cours, l’indicateur OBV, « On Balance Volume » est l’un des plus utilisés. Cet indicateur développé par Joe Granville, est relativement simple, celui-ci cumule des volumes en fonction du cours de clôture par rapport au cours d’ouverture. Si le cours de clôture est plus haut que le cours d’ouverture les volumes de la séance sont ajoutés à l’OBV précédent. Si la clôture est inférieure à l’ouverture, les volumes sont soustraits à l’OBV précédent.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

2 Comments
  1. Greg

    17 novembre 2015 at 15 h 45 min

    pouvez vous nous en dire plus sur le fonctionnement de l’indicateur OVB et quels sont les autres indicateurs sur le volumes ?

  2. Martin

    17 novembre 2015 at 16 h 02 min

    L’utilisation des volumes pour valider une figure devrait être une priorité pour les traders débutants, un automatisme qui peut aider à éviter les pièges habituels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *