Comment investir sur l’or à travers les sociétés minières

1687 vues Laisser un commentaire

mine-orLes cours de nombreuses sociétés minières aurifères auront connu durant l’année 2013 un véritable camouflet suivant de près la dégringolade du cours de l’once d’or, leur capitalisation boursière a inévitablement chuté, l’argent des banques centrales préférant s’investir dans les marchés actions. Les soupçons de manipulation sur les cours de l’or qui planent n’ont pas arrangé la situation déjà difficile des acteurs du secteur aurifère. Il vous suffit de consulter la presse financière et vous vous apercevrez rapidement de l’augmentation du coût marginal de production qui oscille désormais entre 1200 et 1500 $ l’once d’or selon les rapports. Il est bien évident que si le cours passait sous cette barre, de nombreuses mines n’auraient d’autre choix que de mettre la clé sous la porte, au moins d’arrêter leur production en attendant le retour à un cours de l’or leur permettant de dégager des marges bénéficiaires. Pour les investisseurs ne jurant que sur cette valeur refuge Ce serait toutefois aller un peu trop vite en besogne, car rappellent-t-ils durant la crise de 1929, toutes les actions ont été touchées sauf celles des sociétés minières aurifères.

L’état du marché des métaux précieux et la conjoncture mondiale

C’est donc dans ce contexte de repli dans une conjoncture économique mondiale qui stagne dans une timide reprise, que les métaux poussés par la petite porte en 2013 reviennent timidement sur le devant de la scène. Et notamment l’appétit sur les mines d’or car à la différence de nombreux autres sites d’extraction de métaux, les mines d’or sont pour la plupart d’entre elles de type mono métallique, c’est la raison pour laquelle le cours du métal fin à tant d’impact sur le rendement de la société minière. La sélection se fait aussi au niveau du risque surtout pour les compagnies juniors, ou encore en termes de potentiel pour les mines déjà en production, dont on peut déjà estimer les réserves par rapport à la production passée. Pour en savoir plus, il faut se tourner vers le continent africain et tout particulièrement l’Afrique du Sud qui concentre dans son sous-sol près de 80 % des réserves attestées en or dans le monde.


Investir sur l’or par vodfinance

lingot orUne tendance confirmée lors de la conférence qui s’est tenue en Afrique du Sud dans la capitale Capetown, la «Mining Indaba». Réunissant tout le gratin mondial du marché des métaux, des discussions ont eu lieu autour de la vitalité du secteur, dont tout le monde est d’accord pour dire que les fastueuses années 2000 sont bel et bien révolues, mais que l’on ne s’y trompe pas car la décennie à venir et pleine de promesses, même si certaines compagnies sont dans le rouge, et que les faillites et fermetures de mines continueront en 2014 mais à un rythme moins soutenu. Si l’espoir renaît c’est grâce aux signes encourageants comme le retour de la Chine aux affaires qui investit dans de nombreux projets en Afrique son terrain de prédilection. Là encore les choses ont changé l’investissement ne se fait plus de façon aveugle et les projets sont étudiés dossiers par dossier.

Le retour aux affaires de la Chine augmente l’appétit pour l’or

Évoqué un peu plus haut la grande crise de 1929 et la meilleure performance des actions de sociétés minières face aux autres classes d’actifs, plus près de nous on se souviendra que dans les années 1970 les compagnies minières n’offraient pas un aussi bon rendement que les métaux qu’elles produisaient. 10 ans plus tard dans les années 80 la tendance s’est inversée et durant cette période, ce fut au tour des compagnies minières de battre les cours des métaux. Nous sommes dans les années 2010 les choses ont bien changé depuis ces périodes où le marché boursier n’est pas encore libéralisé et que seule une poignée d’investisseurs s’affairait. Aujourd’hui tout le monde peut investir en bourse grâce à Internet et les nombreuses plates-formes de trading en ligne. Il se passe des choses intéressantes sur les marchés matières premières depuis quelques années, notamment sur les métaux et plus précisément sur l’or, en effet alors que depuis des décennies toutes les banques centrales vendaient de l’or, aujourd’hui elles achètent toutes des tonnes d’or. Tout en imprimant des milliards de monnaies papier pour soutenir l’économie, ce qui à terme peut faire craindre des phénomènes d’hyper inflation.

Conclusion

cours de l or sur 40 ansJe rejoins de nombreux analystes émettant l’hypothèse qu’en comparaison au métal produit on peut se demander si les compagnies minières ne sont pas sous-évaluées. En s’appuyant sur l’indicateur HUI (index majeur du secteur des compagnies minières), qui se trouve au même niveau que lorsque le métal précieux était côté à 1000 $ on peut alors calculer une hausse de près de 60 % depuis 2008. En utilisant d’autres indices tels que le XAU ou le BGMI l’écart est encore plus flagrant. Dans un avenir plus ou moins proche ce hiatus aura tendance à s’estomper avec une vraisemblable correction des cours des métaux précieux suivis par un rallye haussier des compagnies minières. Un scénario qui pourrait être validé dans les prochains mois, si vous souhaitez-vous aussi investir sur des sociétés minières exclusivement aurifères ou non, je ne saurais que trop vous suggérer de sélectionner vos titres dans des sociétés cotées à la bourse de Paris.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *