Chute des matières premières, le bon moment pour se positionner ?

1365 vues 3 Commentaires

imagesLa chute des cours de nombreuses matières premières a surpris plus d’un analyste, à commencer par la dégringolade du pétrole qui a vu sa valeur divisée par deux, en l’espace de six mois. Une tendance générale sur les matières premières déjà largement en baisse en 2014, et qui devrait selon certains cabinets atteindre les 30 % en 2015. De nombreuses interrogations sont soulevées par l’évolution de l’économie chinoise, premier consommateur et importateur mondial de nombre de matières premières. Le ralentissement de sa croissance en 2014, qui a atteint 7,4 % en 2014, son plus bas niveau depuis 1990. Cette menace de déflation mondiale intervient alors que les matières premières ont été orientées à la hausse durant la dernière décennie notamment avec la gourmandise des économies des pays émergeant grosses consommatrices de matières premières. Les traders de matières premières, ont aussi leur rôle dans cette hausse remarquable, notamment sur les métaux précieux comme l’or et l’argent sortis renforcés par la crise financière de 2008. Dans cet article intitulé chute des matières premières, le bon moment pour se positionner ? Je vous propose un rapport de situation du marché des matières premières, dans les secteurs de l’énergie, les matières premières agricoles, et les métaux précieux.

Baisse du pétrole, pétrole de schiste et exportateurs affaiblis

screen_shot_2015-01-26_at_18.55.50En regardant les chiffres de plus près, la baisse en réalité ne serait que de 7 % globalement si l’on occulte le pétrole et les métaux précieux. Dès lors on peut s’apercevoir de l’impact du contre-choc sur le marché mondial du pétrole qui a surpris tous les spécialistes, et dont les effets commencent à se faire ressentir dans les économies de nombreux pays fortement dépendant des hydrocarbures pour équilibrer leur budget. Une situation qui contraste avec le consensus avant l’été 2014, qui prévoyait une hausse des cours de l’or noir du à la situation géopolitique instable notamment en Ukraine et au Moyen-Orient. Le basculement a eu lieu en juin lors d’une réunion de l’OPEP, lorsque l’Arabie saoudite a joué l’ouverture des vannes et la carte du prix agressif pour regagner des parts de marché face aux pétroliers américains, très concurrentiels avec leur pétrole de schiste. Comme toujours dans ces cas de forte baisse le baril de pétrole entraîne dans sa chute le gaz naturel et le charbon. Cette baisse rapide du pétrole, si elle se poursuit jusqu’au milieu de l’année 2015, signifiera la fin de nombreux acteurs de l’extraction du pétrole de schiste aux États-Unis. Il est possible que l’on assiste à quelques faillites retentissantes, mais cela devrait permettre d’assainir le secteur du pétrole de schiste, fournissant une opportunité de se positionner, puisque les cours du pétrole risquent de rebondir à moyen terme.

Les récoltes record plombent les cours des matières premières agricoles

imagesPour le marché matière première agricole, la baisse sur les céréales comme l’orge et le maïs le blé continue la trajectoire entamée en début d’année avec une dégringolade de -30 % à la fin de l’exercice 2014. Une explosion de l’offre grâce à de nouveaux records de production proche de ceux déjà établi en 2013, alors que des craintes météorologiques notamment la menace de cyclone pouvant dévaster une partie de la production mondiale ont été balayées. Là encore on assiste au même phénomène avec le pétrole puisque les prix relativement hauts ces dernières années ont incité les investisseurs à augmenter les surfaces de production. Encore une fois, comme dans le cas du pétrole la géopolitique notamment avec l’Ukraine qui a fait monter les cours, ce n’est qu’à l’été avec une production à maturité que les cours ont commencé à plonger. Côté des métaux, le cours du minerai de fer souffert de la baisse d’activité en Chine, l'empire du milieu ayant décidé de mettre un terme à la frénésie de construction du secteur immobilier. Même si les producteurs ont leur part de responsabilité puisque nombre d’entre eux étaient en capacité de surproduction. Dès lors aujourd’hui s’ajoute des montants d’extraction record aux stocks détenus par les grands acteurs qui inondent le marché accélérant la baisse.

 

Conclusion

miser sur les matieres premieresPour 2015 les marchés resteront « nerveux et instables, à l’affût des moindres aléas climatiques et géopolitiques ». La situation de la Chine et des pays émergents étant la principale inconnue. Pour autant il reste de bonnes opportunités à saisir sur le marché matière première, comme le café qui a réalisé plus 30 % en 2014, ou encore le cacao en hausse de 25 %. Du côté des métaux précieux s’il encore tôt pour se placer sur les minières, l’argent métal résiste très bien à la baisse, de même que l’or.

 

 

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

3 Comments
  1. Alain

    20 février 2015 at 14 h 46 min

    De mon point de vue la seule matière première que je pense qu’il faut surveiller pour les profits a moyen terme, c’est l’argent métal, sinon dans les matières premières agricoles, le café a ma préférence.

  2. Fabrice

    20 février 2015 at 16 h 43 min

    Les traders savent bien que dans les marchés tout est question de cycle et surtout de timing, Le marché a besoin de respiration pour évoluer sainement, sinon les problèmes arrivent

  3. julien

    20 février 2015 at 16 h 53 min

    Je pense qu’il est encore un peu tot pour se positionner sur les matières premières qui ont dégringolées ces derniers 18 mois, en revanche je suis d’accord avec Alain, les métaux précieux sont a des niveaux intéressants notamment l’argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *