Ce que Irving Fisher nous dit de notre modèle de taux de change

990 vues Laisser un commentaire

Irving fisher Après avoir vu récemment en quoi la liquidité pesait sur les performances des investissements boursiers, aujourd’hui nous allons à travers cet article explorer le support de la liquidité, c’est-à-dire la monnaie. Pour cela il est indispensable de revenir sur les travaux de celui que l’on considère comme l’inventeur du modèle actuel des taux de change, l’économiste américain Irving Fisher, connu pour travaux sur les taux d’intérêt et la théorie du capital. L’International Fisher Effect (IFE), est le modèle mis au point par l’économiste dans les années 30 afin de prévoir les fluctuations des taux de change sur le marché spot. Très en avance sur son temps Irving Fisher pour mettre au point sa formule de modèle de taux de change, celui-ci s’est intéressé exclusivement aux variables influant sur les taux de change, ces travaux l’ont amené à la conclusion que les devises varient entre elles en fonction du différentiel d’intérêt, différentiel étant lui-même égal au différentiel d’inflation anticipé. Ainsi sur le long terme, les effets des arbitrages financiers s’estompent puisque les rentabilités réelles des investissements s’égalisent au plan international. Elle montre aussi qu’une accélération du taux d’inflation d’un pays causera à terme une augmentation égale de son taux d’intérêt.

Un modèle ancien datant déjà du 18ème siècle !

david-humeLe travail de Fisher s’appuie sur une théorie énoncée par l’économiste du XVIIIe siècle Hume, connu sous le nom de théorie monétaire de la balance des paiements. À cette époque déjà, les économistes pointés du doigt les risques du mercantilisme et sa propension à générer de l’excédent commercial à seule fin de politique économique, puisque selon Hume cet excédent ne devrait pas avoir vocation à durer. Le raisonnement sous-jacent étant qu’une telle masse monétaire nécessite une contrepartie égale en métaux précieux impossible à atteindre, si bien qu’inévitablement la masse monétaire finit par être supérieure au total des biens et services produits par le pays. L’inflation qui en résulte dégrade alors la compétitivité jusqu’à la disparition du déséquilibre créé. Des lors des lors le lien entre la mesure relative des devises et la PPA (Parité de pouvoir d’achat). La parité de pouvoir d’achat permet de mesurer et de comparer le pouvoir d’achat entre deux devises tout en conservant une notion d’équilibre dynamique. Ainsi, une monnaie sous-évaluée selon la PPA sera plus demandée que les autres et son prix augmentera progressivement jusqu’à ce que le PPA soit rétablie.

Comment fonctionne concrètement l’IFE ?

modèle de taux de changeAinsi toute hausse ou baisse relative de la masse monétaire par rapport au reste du monde engendre une appréciation ou une correction de cette devise par un ajustement des prix domestiques. Dès lors la hausse ou la baisse du taux d’intérêt national réduit la valeur de cette devise car celle-ci trahit les anticipations positives et négatives. Supposons que le cross de devises EUR/USD soit de 1,3365 et que le taux d’intérêt courant aux États-Unis est de 1 et de 2% pour l’union européenne. L’IFE prévoit que le pays avec le plus fort taux d’intérêt va voir sa monnaie se déprécier. Et calcule la future parité de cette façon : 1,3365 X (1,02/1,01) = 1,3498. Autrement dit la paire de devises eurodollar devrait monter à 1,3498 et l’USD/GDP tomber à 0,7409, car c’est pour les investisseurs le niveau de convergence pour obtenir le même rendement. L’investisseur en dollars, avec un taux d’intérêt aura un rendement inférieur, mais il sera compensé par l’appréciation de sa devise…

Conclusion

Aujourd’hui, l’IFE voit son fonctionnement perturbé par deux facteurs. D’abord, les différences de taux d’intérêt et leurs changements ne sont plus aussi prononcés que par le passé. D’autant plus que les politiques des banques centrales ont changé de façon de drastique depuis la crise de 2008. Elles s’attachent davantage, désormais, à stimuler l’inflation quitte à promouvoir des taux d’intérêt négatif. Et c’est le CPI (consumer price index) qui détermine, au final, le taux d’intérêt. L’IFE est donc un instrument intéressant pour bien comprendre les relations attendues entre taux d’intérêt, inflation et parité de devises et à ce titre, il mérite toute votre attention. Mais il vous sera de peu secours pour vous guider dans votre Day trading.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *