Le café pourrait de nouveau doubler de prix.

1158 vues 1 Commentaire

 

Le café est de nouveau prêt à faire un saut de 100% si les fondamentaux actuels ne s’améliorent pas. 100% ce n’est pas un peu gros ? Oh vous savez, cet actif n’en est pas à sa première fois.

Regardons le fondamental.

Pour comprendre le marché du café, il faut savoir qu’il s’échange sur deux bourses différentes : à Londres, avec un café pricé en livres sterling, le fameux London coffee et aux États-Unis sous le libellé US Coffee. La différence entre les deux, c’est que celui des États-Unis compte plutôt sur l’arabica tandis que celui d’Angleterre prend en compte en grande partie le robusta.
L’arabica est plus répandu au Brésil et au Vietnam, et dans une moindre mesure l’Indonésie tandis que le robusta est un peu plus répandu dans la région centrafricaine.
Ce sont deux marchés étroitement surveillés parce que 2,5 milliards de tasses de café sont consommées chaque jour. Face à une demande omniprésente, les prix sont forts sujets aux défauts de production, et pour produire du café en abondance il faut absolument éviter les périodes de sécheresses trop longues qui réduisent les plantations à néant si elles sont mal irriguées.

Sécheresse et El Niño

Cette année, le phénomène de El Niño, qui est un courant pacifique chaud qui  »s’échoue » sur les côtes ouest de l’Amérique du sud annonce souvent une année très chaude avec des étés particulièrement secs.
Et justement les productions brésiliennes et vietnamiennes souffrent d’une sécheresse accrue depuis quelques semaines, mettant en péril les productions des deux principaux exportateurs de café.

Déjà même sans parler de sécheresse, on compte pour cette année un défaut d’offre d’environ 4% par rapport à la demande de l’année en cours. Alors je ne vous laisse même pas imaginer l’amplitude de ce défaut si la sécheresse venait à endommager les productions de café de ces deux acteurs mondiaux plutôt importants.

Observation des périodes de sécheresses précédentes

café
le café ces 10 dernières années

Quand on regarde de plus près le marché du café, on voit que celui-ci fait régulièrement des pics (mêmes pour des périodes antérieures à celles proposées sur ce graphique), et ces pics sont souvent synonymes de destruction de plantation dû à de mauvaises conditions des plantations.

Les pics ne font pas semblants, ils font en général multiplier le prix par 2 ou 3, et pour les pics les moins violents, on compte quand même 20% de hausse.

Nous sommes là, proche d’un support maintenu par une demande très abondante, et en cas de défaut, le café US ira probablement chercher la barre des 200 dollars voire 250 dollars.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

1 Commentaire
  1. Patrick

    5 février 2016 at 15 h 40 min

    Excellente démonstration de commodity picking, qui a dit que les matières premières étaient cuites. Ca peut devenir dans les années d’incertitudes climatiques à venir une belle thématique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *