Une banque gratuite : est-ce possible ?

984 vues 4 Commentaires

banquesLes usagers savent au moins de façon empirique que les frais bancaire peuvent leur couter cher, et plus encore lorsque ceux-ci sont dans une situation délicate, les agios pour les découverts, les opérations dites spéciales facturées de manière plus ou moins opaque ? Autant de frais de caché qui font qu’à la question une banque gratuite est-ce possible un jour ? La réponse est un non catégorique, ce serait même plutôt l’inverse, puisque la commission européenne a publié récemment une enquête sur le degré de transparence des banques, et le montant des frais bancaires subits par les clients dans la zone euro. Les citoyens européen ne sont pas tous logés à la même enseigne en ce qui concerne les frais appliqués à la gestion courante de leur compte bancaire principal, celui ou sont versés les salaires, et sur lequel se traite la majorité des opérations. Sans surprise on apprend que la France est dans le trio de tête des banques les plus chères, se tenant sur la plus petite marche du podium avec en moyenne 155€ par an, l’Espagne est deuxième avec 178€ par an, et la championne l’Italie facture chaque année en moyenne 254€ de transactions diverses a ces clients. Les meilleurs élèves étant la Belgique avec 57 euros et la Bulgarie avec seulement 25 euros de frais bancaires annuels. Je vous propose dans cet article de regarder plus en détails cette enquête qui jette un pavé dans la mare, d’un secteur souvent pointés du doigt, et ce bien avant la crise financière, alors que les banques européennes viennent récemment de passer avec succès les stress test de la BCE.

Bruxelles publie son enquête sur la transparence et les frais bancaires

president-lassociation-usagers-banquesLe carton rouge délivré par la Commission européenne ne l’est pas seulement à cause des tarifs jugés élevés et non justifiés dans de nombreux pays de la zone euro, il l’est aussi pour un manque flagrant de transparence, et un manque de fiabilité criant quant aux conseils donné aux utilisateurs. Ce manque de transparence, et les conseils partiaux donnés par les équipes commerciales seraient d’après les enquêteurs des entraves pour les usagers, car il devient dès lors difficile pour eux de comparer et de faire jouer la concurrence, la plupart d’entre eux se résignant alors à rester dans un établissement bancaires. La France pointée du doigt, n’a pas tardée à réagir via la Fédération bancaire française qui «s’étonne des résultats de l’enquête de la Commission européenne», assurant «qu’il est impossible d’apprécier leur fiabilité». Pour les professionnels du secteur bancaire, cet enquête n’est pas représentative, car il existe En Europe une grande disparité de profils d’utilisateurs des services bancaires, les attentes sont donc différentes. Du coté des associations de consommateurs, ce rapport européen est un véritable coup de semonce comme le souligne le président de l’Association française des usagers des banques M. Serge Maître. Pour lui si les banques continuent de faire la sourde oreille aux injonctions de Bruxelles face à une problématique qui est loin d’être récente, alors il est tout à fait possible que l’exécutif européen légifère et instaure la réglementation des frais bancaires.


Cartes bancaires : Bruxelles a l’intention de… par euronews-fr

Le rapport de Bruxelles ne se borne pas à la simple évaluation des frais

BELGIUM EU NEW COMMISSION BUILDINGCe rapport accablant sur les pratiques bancaires ne se limite pas simplement à l’évaluation des frais bancaires, la répartition de ceux-ci est aussi jugée disproportionnée, en effet en prenant le simple cas de figure des frais facturés à un détenteur de carte de retrait d’argent dans un GAB d’une autre enseigne, ce retrait déplacé est facturé environ 1 euro, alors qu’il n’en coute que 10 centimes à la banque. Il en va de même pour la prolifération des packages tout compris dans les offres de services, en effet il devient difficile pour le client de vraiment savoir ce qu’il paye. Si la facturation est un volet important de l’enquête, celle-ci met aussi en avant un problème d’une toute autre nature. Les nombreux conflits d’intérêts qui poussent bien souvent les banques à prodiguer des conseils peu fiables à leurs clients, pour ne pas dire mensonger ou les induire sciemment en erreur. En effet les conseillers commerciaux sont rémunérés pour la plupart d’entre eux par un système de primes, commissions et bonus. Un tel système peut facilement amener à des dérives favorisant le placement de produits sur lesquels l’établissement, donc l’employé, fera plus de marge bénéficiaire et ce au détriment du client. Un manque de transparence que les auteurs de l’enquête ont pu vérifier d’une façon assez surprenant car dans la moitié des cas pour obtenir des réponses à leurs questions, il leur a fallu se déplacer, ce qui confirme sans aucun doute possible que le secret bancaire n’est pas qu’un mythe.

Conclusion

enquete-banqueQue va-t-il se passer maintenant ? Les banques modifieront elles leurs pratiques ? On peut malheureusement craindre que les banques restent impassibles. Une des propositions parmi tant d’autres serait de les obliger à instaurer un panier de la ménagère bancaire sur dix des services les plus utilisés, afin de stimuler la concurrence. Comme nous venons de le voir nous sommes très loin de nous demander si une banque gratuite est-ce possible.

COMPLÉTEZ CE FORMULAIRE

Un conseiller vous contactera pour vous expliquer comment se positionner sur la bourse.

RELATED ITEMS
4 Comments
  1. henry

    20 novembre 2014 at 14 h 47 min

    Je me demande pourquoi la teneur de ce rapport ne me surprend pas plus que cela. Les banques sont toujours aussi opaques sur la facturation, ce n’est pas près d’arriver une banque gratuite.

  2. maxime

    20 novembre 2014 at 14 h 49 min

    Tout a fait d’accord avec cet article, comment les banques pourraient elles un jour être gratuite, alors qu’elles ont été épinglés a plusieurs reprises pour des frais excessifs, sans même parler des scandales de manipulations sur les marchés boursiers.

  3. Guillaume

    20 novembre 2014 at 14 h 51 min

    C’est pas demain la veille que les too Big too Fail et maintenant les Too big to Jail seront gratuites. bien au contraire les frais bancaires augmentent sans cesse. La banque en ligne peut éventuellement aider a faire baisser ses frais bancaires a condition de choisir le bon cheval.

  4. Victor

    20 novembre 2014 at 14 h 54 min

    Faut pas rêver rien n’est gratuite en ce bas monde, alors une banque gratuite c’est plus que du rêve. Le secteur de la banque c’est du capitalisme à l’état pur surtout pour les banques d’affaires quitte à mettre à genoux l’économie réelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *